© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau

Le stress modifie l'équilibre nerveux, immunitaire et hormonal de l'organisme, ce qui peut provoquer ou favoriser un grand nombre de pathologies.

Par Gontran Giraudeau

Qu'est-ce que la somatisation ?

Le terme somatisation vient du grec "soma" qui veut dire "corps". Les premiers textes qui décrivent des troubles sans cause organique décelable remontent à la haute Egypte, deux siècles avant Jésus-Christ. On y retrouve notamment la description de la fameuse boule dans la gorge.

Mais à partir du Moyen-Age, le dualisme entre l'âme et le corps prévaut. On refuse ce lien entre les manifestations physiques et les causes psychologiques. Il faudra attendre Freud et la découverte de l'inconscient, puis ses successeurs, pour mettre la psychosomatique au goût du jour.

Il s'agit de maladies ou de symptômes pour lesquels on ne retrouve pas de cause organique et dont l'origine psychique est suspectée (angoisse, stress, détresse morale, surmenage...). Elles peuvent concerner de nombreux organes.
Souvent chroniques, les maladies psychosomatiques gênent la vie quotidienne. Elle révèle un niveau de stress et d’angoisse trop élevé, et des traitements spécifiques doivent être entrepris.

Comme nous comprenons de mieux en mieux la cause de certaines maladies, elles peuvent ne plus être considérées comme psychosomatiques. Il en est ainsi de l’ulcère d’estomac qui est dû à la présence d’une bactérie dans la poche gastrique : hélicobacter pylori. Quand la bactérie a été éliminée par un traitement antibiotique adéquat, l’ulcère d’estomac se guérit complètement.

Psycho - Picardie Matin (29/04/2016)


Problème psychique (angoisse, anxiété, surmenage, dépression)

Le stress modifie l'équilibre nerveux, immunitaire et hormonal de l'organisme, ce qui peut provoquer ou favoriser un grand nombre de pathologies.

Certaines hormones sécrétées par la glande hypophyse, située à la base du cerveau, seraient susceptibles d'accroître ou d'inhiber la capacité des cellules immunitaires à lutter contre la maladie. Les catécholamines (notamment l'adrénaline ou hormone du stress) synthétisées par les glandes surrénales, ont pour rôle de préparer l'organisme à l'action.

En cas de stress prolongé, le cortisol, également secrété par les glandes surrénales, mobilise les réserves d'énergie de l'organisme, mais ce qui a également pour effet de diminuer la résistance aux infections.
Cela expliquerait notamment les poussées d'herpès naso-labial, qui surviennent plus particulièrement chez les personnes stressées.

Par ailleurs, les catécholamines participent à l'augmentation des facteurs de risques cardiaques qui accroît le risque d'infarctus du myocarde et d'hypertension artérielle.
Chez d'autres sujets, le stress déclenche des réactions de l'appareil digestif : la personne est alors plus sujette au risque de colite spasmodique.

La peau est en relation étroite avec le psychisme. Les problèmes de peau comme le psoriasis, l'eczéma, ou la chute des cheveux sont plus fréquents chez les personnes angoissées.
Les motifs de consultation sont multiples car les facteurs psychiques peuvent agir sur de nombreux organes, à divers degrés :
  • tête : migraines, chute de cheveux
  • peau : urticaire, psoriasis (plaques rouges recouvertes de squames), eczéma, herpès
  • estomac : gastrite (inflammation de la muqueuse de l'estomac)
  • intestin : colite spasmodique (ballonnements, spasmes, constipation)
  • cœur : palpitations, extrasystoles (battements cardiaques prématurés donnant une sensation de coups de boutoir), hypertension artérielle
  • poumons : asthme (l'asthme est une maladie inflammatoire, mais les crises peuvent être majorées par l'anxiété)
  • muscles : contractures, tétanie (contractions musculaires involontaires)
  • vessie : cystite (brûlures urinaires)
Toutes les émotions que l’on refoule à l’intérieur de nous-même parce que l’on ne peut pas ou ne veut pas les verbaliser, peuvent se cristalliser dans différentes parties de votre corps.
Les émotions génèrent des symptômes physiques, par exemple LA PEUR, L’ANGOISSE  donnent des palpitations cardiaques, des vertiges, sueurs, tremblements ou mains moites ;

Voici quelques exemples du langage du corps :
  • la panique peut provoquer des diarrhées
  • la colère retenue ou la rancune peut provoquer une crise de foie
  • quelque chose qu'on ne veut pas entendre ou quand on ne veut pas s'écouter peut provoquer des otites, douleurs d’oreilles
  • quelque chose qu'on a pas osé dire ou qu'on a ravalé peut provoquer une angine, des maux de gorge
  • un refus de céder, de plier, d'obéir ou de se soumettre peut provoquer des problèmes de genoux
  • serrer les dents pour affronter quelqu'un ou une situation sans rien dire peut provoquer douleurs dentaires, aphtes, abcès
La liste des pathologies possibles liées au stress est longue, car pratiquement tous les organes peuvent être touchés par des déséquilibres nerveux, immunitaires, hormonaux engendrés par un problème psychique qui perdure.
Chaque cas est particulier et le traitement doit tenir compte de la situation dans laquelle se trouve la personne.

Dans certains cas, il se fait uniquement par la prise de médicaments appropriés aux symptômes physiques, comme par exemple dans le cas de l'hypertension artérielle.

D'autres médicaments peuvent limiter les symptômes liés au stress : anxiolytiques, bêtabloquants, somnifères. Ils ne sont délivrés que sur ordonnance, car certains d'entre eux peuvent entraîner une dépendance alors que d'autres peuvent avoir des effets secondaires plus ou moins importants.

Par l'écoute, les psychothérapies (de soutien, comportementale, analytique...) jouent un rôle essentiel pour atténuer les symptômes, aider la personne à sortir de la somatisation éventuelle de son trouble et lui apprendre à mieux affronter les situations de stress.