hauts-de-france
Choisir une région
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau

Les pervers narcissiques sont des manipulateurs, dont le contact peut-être dévastateur. Séduisants au premier abord, ils se révèlent toxiques. 

Par Gontran Giraudeau

Pervers narcissique, un qualificatif particulièrement à la mode ces dernières années, qui désigne avant tout un comportement de manipulation. Ces bourreaux de la relation sont de manière générale, plein de colère et de haine, ils sont sadiques, cruels, vides d’humanité et d’affect.


Le mode d’action du pervers narcissique

La séduction : il est dans un premier temps et surtout en public, particulièrement charmant. C’est en réalité un masque, seules leurs victimes connaissent leur vrai visage:
  • flatteries, compliments sur votre personnalité, votre apparence, vos enfants...
  • promesses, ils font beaucoup de promesses et vous trouvent des solutions pour chaque problème (de vrais couteaux suisses).
  • le mimétisme, le plus grand piège... Ils fonctionnent en miroir, ils partagent donc vos valeurs, vos idées, vos goûts et disent ce que vous voulez entendre
La victimisation : en bon Calimero ils se retrouvent toujours en position de victime et vont facilement retourner une situation pour être celui que l’on plaint.
L’intimidation = rapport de force et chantage affectif ils peuvent menacer de se suicider ou de vous tuer, on finit par les craindre réellement.


La victime du pervers narcissique

Ce qui explique ce mode de fonctionnement est la peur de n’être rien, il ne choisit donc pas sa victime au hasard. Il est attiré par sa sensibilité, son intelligence, sa générosité. Il va vouloir piller ce qu’il ne pense pas avoir développé lui-même.

Après la phase de séduction la pauvre victime se retrouve face à :
  • des critiques systématiques et une dévalorisation permanente qui l’épuise psychologiquement et la fait douter de tous ses jugements.
  • l’isolement fait suite au travail de dévalorisation effectué par le manipulateur.
  • la dépendance, qui est maintenue par le jeu d’humiliation et l’absence d’empathie du bourreau. La victime n’est plus que l’ombre d’elle-même, si elle tente de se séparer le manipulateur repart dans sa phase de séduction.
La victime se remet constamment en question, elle va essayer en vain de sauver la situation ne comprenant pas et cherchant à retrouver un état d’amour. Jusqu’à la prise de conscience qui la pousse à rompre.  La thérapie pourra l’y aider, elle apprendra à accepter l’existence de ces êtres malveillants. Travaillera sur l’estime de soi, la découverte de ses limites et l’affirmation de soi.

Cette prise de conscience et la seule issue possible pour sortir de ce cercle vicieux. Le perver narcissique quant à lui en est incapable, il ne considère pas avoir de problème, est incapable d’autocritique et s’il en recontre un, ment à son thérapeute.

Psycho - Picardie Matin (26/02/2016)