hauts-de-france
Choisir une région
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau

Un patient sur deux a fait ou fera l’expérience d’un vertige et un sur sept a connu ou connaîtra une grande crise de vertige ou de déséquilibre aigu. D'où viennent ces vertiges ? Comment les soigner ? Les réponses avec les Dr Céline Vaconsin et Gladys Souaid, ORL.

Par Gontran Giraudeau

Qu'est-ce qu'un vertige ?


Le vertige est une sensation de mouvement de l’environnement et donne l’impression que l’environnement (murs, sols, plafonds, objets) se met à bouger.

Le mouvement ressenti est le plus souvent circulaire, rotatoire (comme si vous étiez sur un manège), mais peut aussi s’apparenter à un balancement (impression d’être ivre) ou à une sensation de chute dans un trou.

La durée et la fréquence des vertiges sont très variables :
  • une crise peut durer de quelques secondes à plusieurs heures
  • elle peut être unique ou se répéter à intervalles irréguliers.
Les vertiges peuvent être isolées ou accompagnés de divers symptômes : nausées ou vomissements, sueurs, perte d’audition, acouphènes, maux de tête. Ils peuvent être déclenchés par certains mouvements : se lever, se coucher, tourner la tête rapidement, etc..

Il est dû le plus souvent à un dysfonctionnement de la fonction de l'équilibre assurée par l'oreille interne.

Avant de parler de trouble d’équilibre, il faut comprendre les mécanismes rentrant en jeux dans l’équilibre ou encore le contrôle postural. Celui-ci est assuré par différentes structures anatomiques : la vision, le système vestibulaire, la proprioception (plante des pieds).

L’équilibre est normalement assuré par une partie de l’oreille interne appelé le système vestibulaire, composée de plusieurs organes sensoriels, trois canaux semi-circulaires remplis d’un liquide, stimulés chacun à leur tour selon la position de la tête.

L’information est renvoyée au nerf vestibulaire qui transmet l’information de mouvement depuis les canaux semi-circulaires jusque dans les centres nerveux cérébraux correspondants. Le cerveau commande alors au corps les actions nécessaires pour maintenir l’équilibre.

Santé - PIcardie Matin (22/09/2015)


Les différentes affections à l’origine de vertiges

Les causes du dysfonctionnement de la fonction de l’équilibre sont variées. Toutefois, trois affections sont à l’origine de plus de la moitié des cas de vertiges diagnostiqués :
  • le vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB), le plus  fréquent lié à un dépôt d’otolithes dans l’un des canaux semi-circulaires, ce qui empêche la bonne perception du mouvement. Souvent violent, bref (moins de trente secondes), déclenché par les changements de position, le coucher, le lever ou le fait de tourner la tête rapidement ils donnent l’impression d’un mouvement de rotation (sans autre signe associé).
  • la névrite vestibulaire : atteinte inflammatoire du nerf vestibulaire, souvent d’origine virale AVEC une seule grande crise de vertige, de plusieurs jours qui  régresse progressivement.
  • la maladie de Ménière
 due à une augmentation de la pression dans le labyrinthe, d’origine inconnue. Les crises de vertiges sont intenses, d’une vingtaine de minutes à quelques heures. Ces crises s’accompagnent de nausées et de vomissements importants avec une triade acouphène et hypoacousie simultanés.
D’autres causes de vertiges sont plus rares :
  • tumeur (par exemple, neurinome du nerf acoustique…), boucle vasculaire..
  • AVC touchant le tronc cérébral ou le cervelet
  • SEP
  • infection ORL, intoxication au plomb, au mercure
  • traumatisme crânien touchant la zone située à l’arrière de l’oreille ;
  • causes psychologiques (vertige des hauteurs, précipices)
  

Quelle conduite tenir face à des vertiges ?

L'interrogatoire et l’examen clinique permettent un diagnostic rapide chez plus des 3/4 des patients. Il faut éliminer ce qui n’est pas un vrai vertige (sensations vertigineuses ou encore malaise) :
  • les sensations vertigineuses ne causent pas d’impression de mouvement de l’environnement, mais plutôt une sensation de déséquilibre, d’instabilité, de chute imminente. Elles apparaissent lorsque l’on se tient debout ou pendant la marche et disparaissent dès que l’on prend appui quelque part, ainsi qu’en position assise ou couchée.
  • les malaises, qui ne sont pas liés à un trouble de l’équilibre, ont des symptômes bien spécifiques telle une faiblesse avec sensation de tête vide (hypoglycémie, crise d’angoisse, spasmophilie, agoraphobie), sensation de PC, hypotension artérielle, malaise vagal, un problème cardiaque avec la notion de syncope, AVC.
Examen clinique
  • les manœuvres diagnostiques pour évaluer l’équilibre, la fonction vestibulaire en faisant faire des mouvements spécifiques (piétiner, marcher les yeux fermés, etc.)
  • la recherche des signes d'atteinte de l’occulomotricité (étude des les mouvements des yeux (Nystagmus) orientent rapidement le diagnostic
  • parfois des examens complémentaires sont réalisés (vestibulaires instrumentaux,ex cardiovasculaire, bilan sanguin IRM...)

Les différents traitements possibles en cas de vertiges

Au moment de la crise, le traitement est symptomatique :
  • manoeuvres libératoires, diagnostique et curatif, pour le VPPB effectuées par l’orl (manipulations rapides permettant de disperser les dépôts d’otolithes) puis exercices à réaliser soi-même.
  • anti-vertigineux, anti-émétiques (contre les nausées et vomissements) ; sédatifs (calmants) ;
  • une hospitalisation est parfois nécessaire si le vertige est très invalidant.
En dehors de la crise vertigineuse :
  • traitement médicamenteux anti-vertigineux (betahistine)
  • certains traitements intra-auriculaires oto-toxiques dont le but est la destruction du vestibule atteint si les vertiges sont invalidants !! ( maladie de ménière)
  • plus rarement, traitement chirurgical ( destruction du vestibule, chirurgie du neurinome de l’acoustique, boucle vasculaire…)
  • rééducation+++ de plus en plus enseignée et pratiquée par certains ORL ou kinésithérapeute ou un ORL pour habituer le cerveau à compenser le dysfonctionnement du nerf touché, en utilisant davantage d’autres systèmes impliqués dans l’équilibre.
Des conseils hygiéno-diététiques pour éviter de nouveaux épisodes :
  • décomposition des mouvements brusques (lever du lit ..si les vertiges sont déclenchés par des mouvements particuliers
  • suppression de médicament potentiellement  toxique pour l’oreille
  • soutien psychologique si les vertiges sont chroniques et répétitifs