Julie Poirier, Jean Gondry, gynécologue et Céline Vaconsin, médecin généraliste le 24 novembre 2015. / © France 3 Picardie / Gontran Giraudeau
Julie Poirier, Jean Gondry, gynécologue et Céline Vaconsin, médecin généraliste le 24 novembre 2015. / © France 3 Picardie / Gontran Giraudeau

En France, une grande variété de moyens contraceptifs sont dipsonibles pour répondre aux besoins de chacun, comme nous l'expliquent Céline Vaconsin, médecin généraliste et Jean Gondry, gynécologue.

Par Gontran Giraudeau

La contraception désigne le moyen visant à empêcher qu'un rapport sexuel entraîne une grossesse. Selon l'OMS, c'est l'utilisation d'agents, de dispositifs, de méthode ou de procédures pour diminuer ou éviter la conception.

En fonction de l'âge, des pratiques, des antécédents, du mode de vie, on choisit le moyen contraceptif le plus adapté, qui doit être prescrit par un gynécologue, un médecin traitant ou une sage femme.

Les grands types de moyens contraceptifs sont :
les dispositifs à action locale (préservatif, diaphragme , spermicide, stérilet)
les dispositifs par voie générale (pilule, implant, patch), des médicaments qui nécessitent une ordonnance.

Il existe également des méthodes définitives chirurgicales qui visent à stériliser :
ligatures des trompes pour les femmes
ligature des canaux déférents ou vasectomie pour les hommes

Les méthodes dites « naturelles » (coït interrompu, allaitement ou courbe de température sont considérés comme peu fiables.

Santé - Picardie Matin (24/11/2015)