• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau
© France 3 Picardie / Gontran Giraudeau

Les bêtes extraordinaires apparaissent réguilièrement dans les légendes régionales. En Picardie, le bestiaire compte deux animaux étonnants : Ech Basilic et Ch'Carimaro, comme nous l'explique Jean-Marie François en partenariat avec l'Agence pour euch picard.

Par Gontran Giraudeau

Ech Basilic picard​

Ech Basilic picard viendrait, d'après la légende, d'un oeuf de coq, qui aurait été couvé par un crapaud.

Si vous trouvez un oeuf de coq, dans les roseaux, allez dans votre poulailler et dans un recoin obscur, arrangez un petit nichoir. déposez-y l'oeuf avec soin. Aguiché par l'odeur de l'oeuf, le crapaud va rappliquer en vitesse et s'accroupir dessus pour le couver.

Au bout de 333 jours, dissimulez-vous dans le poulailler pour observer. Au douzième coup de minuit, le crapaud se sauvera. L'écaille de l'oeuf se fendillera, se « berzillera » (brisera) et tout à coup, à en avoir des frissons dans le dos, le coeur qui se glace et les cheveux qui se dressent sur la tête, le « bétail », le Basilic s'extirpera, s'esbrouera, se secouera : moitié oiseau, moitié serpent, avec une face humaine !

Mais surtout, ne le regardez jamais droit dans les yeux, car alors, le Basilic vous transformerait en pierre !


Ch'Carimaro​

Ch'Carimaro est peut-être le plus dangereux de tous les êtres fantastiques picards : le plus mauvais, le plus sournois, moitié-cheval, moitié-baudet, avec une queue de cheval, et une tête de baudet.

On peut l'apercevoir parfois en bordure des marais, caché dans les roseaux, lorsque le soleil se couche et qu'il y a un peu de brume : il balance sa tête, il chasse les moucherons avec sa queue, un sourire en croissant de lune aux lèvres.

S'il vous voit, il va vous faire de petits clins d'oeil amicaux, pour vous inviter à monter sur son dos, pour aller faire une petite balade. Et si vous montez dessus, son cou s'allonge, l'animal double de longueur, ses pattes se multiplient, et le Carimaro file, comme une flèche, à travers les marais!

Au passage, il monte un deuxième, un trosiième, un quatrième cavalier sur son dos et va de plus en plus vite. Mais méfiez-vous : n'embarquez jamais un treizième cavalier, car le « bétail » ne peut supporter ce chiffre-là et va foncer jusqu'à un trou profond du marais pour s'en débarrasser et le noyer.

Une histoire de picard - Picardie Matin (08/10/2015)

 

Les clefs de Mat Bastard