Vous êtes formidables

L'actu des Hauts-de-France que vous allez liker, du lundi au vendredi à 10h15
Logo de l'émission Vous êtes formidables

Portrait : Meriam Amara, dunkerquoise, non-voyante et vice-championne de paratriathlon 2018

Meriam Amara : "Rien n’est impossible pour qui a la force d’y croire" / © France 3 Hauts-de-France
Meriam Amara : "Rien n’est impossible pour qui a la force d’y croire" / © France 3 Hauts-de-France

Rencontre avec Meriam Amara. Une femme de défi qui affronte tous les obstacles pour pratiquer ses passions. Un exemple à suivre.

Par Elise Benoit

Meriam Amara est une sportive, passionnée par les défis en tout genre. Elle aime se dépasser et fait fi de toutes les difficultés. 

Elle invente même des systèmes qui lui permettent de pratiquer ses passions et enfonce les portes pour être de toutes les compétitions.

Meriam Amara est non-voyante. Depuis le 2 septembre dernier, cette Dunkerquoise est devenue sur ses terres la vice-championne 2018 de paratriathlon à Gravelines : C’est un grand plaisir de faire cette épreuve à domicile devant ma famille et mon club.
 
La vice-championne de France 2018 de paratriathlon, Meriam Amara avec sa guide Elena Bonfiglio Esper
La vice-championne de France 2018 de paratriathlon, Meriam Amara avec sa guide Elena Bonfiglio Esper

Une compétition où se sont affrontés des sportifs ayant tous types de handicaps sur des épreuves de natation, cyclisme et course soit une épreuve de 750 mètres de nage suivie de 5140 mètres de vélo et pour finir 4700 mètres de course à pied.

Quand j’ai commencé à faire du sport, c’était pour le plaisir et pour me détendre. Et c’est vrai qu’avec le recul, me dire que j’ai fait les championnats, maintenant ça me semble un peu irréel.

D’un calme absolu et d’une tranquillité sans faille, elle nous raconte son histoire de sportive et ses victoires. 
 
Meriam Amara
"J’ai dit à mon amie que si elle voulait un défi, j’en avais un dans la tête mais qu’il était énorme. Et c’est comme ça que c’est parti !"


Meriam Amara commence le sport sur le tard quand, après ses études de commerce, elle s’installe à Paris pour le travail. La jeune salariée a besoin de souffler face au fameux rythme "métro-boulot-dodo". 

Elle commence donc le sport avec la pratique du tandem car, au début, c’est ce qui me semblait le plus évident pour quelqu’un qui ne voit pas, nous dit-elle. 

Puis elle chausse des rollers grâce à une association qui accepte de la guider. Pour cela, elle fait preuve d’ingéniosité pour inventer un système de guidage.
 
Mariam Amara au championnat du monde de paratriathlon 2018
Mariam Amara au championnat du monde de paratriathlon 2018

Après vélo et roller, viennent la course à pied et le triathlon grâce à Annick, une amie avec qui elle est de tous les défis. 

Et enfin, elles se lancent dans le Raid Amazones, vieux rêve de Meriam : J’ai dit à mon amie que si elle voulait un défi, j’en avais un dans la tête, mais qu’il était énorme. Et c’est comme ça que c’est parti ! 

Le Raid Amazones, c’est une expédition sportive d’une semaine : Je me suis dit pendant des années que ce n’était pas pour moi à cause de mon handicap.
 
Meriam Amara avec ses coéquipières Sandrine Bozza et Annick Kervella durant le Raid Amazones de Bali en 2015
Meriam Amara avec ses coéquipières Sandrine Bozza et Annick Kervella durant le Raid Amazones de Bali en 2015

À l’autre bout du monde, dans un pays équatorial, des équipes féminines de deux ou trois participantes se dépassent avec des épreuves de trail, de canoë, de VTT et de tir à l’arc.

Pour moi le principal obstacle, c’était les organisateurs qui -j’imaginais- ne me laisseraient jamais participer à ce genre d’épreuves. J’y suis allée au culot… Et à ma grande surprise, l’organisateur était très enthousiaste.

Après les difficultés habituelles de recherche de sponsors et les nombreux entraînements, Meriam embarque dans l'aventure Annick Kervella et Sandrine Bozza, ses deux amies et coéquipières. Et en octobre 2015, voilà que ces trois drôles de dames s’envolent découvrir l’île de Bali et se lancer dans la compétition comme jamais

Puis en 2017, Meriam qui est de tous les défis, repart sur les routes du Raid Amazones Cambodge avec deux autres amies. Respect !
 
Meriam Amara avec ses deux coéquipières Audrey Geschwind et Sarah-Jane Sapelier durant le Raid Amazones de Bali en 2017
Meriam Amara avec ses deux coéquipières Audrey Geschwind et Sarah-Jane Sapelier durant le Raid Amazones de Bali en 2017
 

Rien n’est impossible pour qui a la force d’y croire.

 

A lire aussi