Une famille de l'Aisne sauvée grâce à son détecteur de monoxyde de carbone

© Maxppp
© Maxppp

En ce début d'après-midi, à Mortefontaine, les sapeurs-pompiers des centres de secours de Villers-Cotterêts et La Ferté-Milon sont intervenus pour une intoxication au monoxyde de carbone. Quatre membres d'une même famille ont pu être sauvés grâce à leur détecteur. Le SDIS 02 appelle à la prudence.

Par Camille Di Crescenzo

L'histoire aurait pu mal se terminer pour cette famille axonaise. 

A 12h45, les sapeurs-pompiers de Villers-Cotterêts et La Ferté-Milon sont intervenus à Mortefontaine, dans l'Aisne, pour une intoxication au monoxyde de carbone.

Quatre personnes d'une même famille ont été sauvées grâce à leur détecteur de monoxyde de carbone, leur permettant de prévenir à temps les secours. 

Une femme de 76 ans, prise de maux de tête, une femme de 38 ans souffrant de nausées et un bébé de 19 mois (par mesure de précaution), ont été transportés à l’hôpital. La quatrième personne, un homme, est indemne. 

Ce genre d'accident est malheureusement trop fréquent dès que les journées se rafraîchissent.

Les sapeurs-pompiers appellent à la vigilance. Le monoxyde de carbone est un gaz inodore, invisible et mortel.

Les détecteurs de fumée (DAAF) sont obligatoires dans tous les foyers depuis le 8 mars 2015. S'il n'en est rien pour le dispositif signalant la présence de monoxyde de carbone, il est conseillé d'installer un détecteur de ce gaz dans tout logement équipé d'appareils ou de dispositifs de chauffage fonctionnant au gaz, fioul, charbon ou bois, afin de garantir la détection de concentration de CO et de prévenir tout risque d'intoxication par ce gaz mortel.

On recense plusieurs milliers d'intoxications par an et près d'une centaine de décès, selon l'institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES).
La principale cause des intoxications au CO sont les appareils mal entretenus.


Sur le même sujet

Lubrizol : manifestation à Lille pour demander la transparence

Les + Lus