Le “Flower Power” pour lutter contre les nids de poule à Bruxelles

Anton Schuurmans, en train de reboucher l'un des nombreux nids de poule, à Bruxelles. / © Anton Schuurmans Twitter
Anton Schuurmans, en train de reboucher l'un des nombreux nids de poule, à Bruxelles. / © Anton Schuurmans Twitter

L'initiative est née de l'exaspération de citoyens voulant faire réagir les autorités. Leur arme : planter des fleurs sur la chaussée.

Par Clément Polyn

La Belgique n’est pas réputée pour la qualité de ses routes. En témoigne le rapport du Forum Economique mondial qui plaçait en décembre dernier le pays en 46e place sur un total de 137.

Pour éveiller les consciences face à la prolifération des nids de poule, un Bruxellois a relancé un mouvement insolite et engagé : combler les trous de la route en plantant des fleurs au milieu de la chaussée.

L’idée vient alerter les pouvoirs publics de la détérioration des routes belges, accrue par le froid mordant qui a traversé l’Europe cet hiver.

Réunis autour du hashtag #flowerpotholes, des partisans de ce jardinage urbain ont déjà appliqué l’idée dans plusieurs villes ces dernières années, notamment aux Etats-Unis.


Le 19 mars dernier, c’était au tour du Bruxellois Anton Schuurmans de lancer un appel au "Flower Power". Dans une vidéo postée sur son compte Twitter, on le voit en pleine plantation de jonquilles dans quelques nids de poule de la capitale belge.

En l’absence de véritable investissement, le rebouchage partiel de ces creux ne donne qu’un sursis à moindre coût, pour minimiser les conséquences sur la sécurité. 


La séquence a rapidement fait parler d’elle sur les réseaux sociaux, allant jusqu’à porter ses fruits sur l’asphalte. Deux jours plus tard, des travaux s’engageaient pour reboucher le trou, devenu dangereux pour la circulation.



Sur le même sujet

Marcq-en-Baroeul : une minute de silence en hommage au gendarme Arnaud Beltrame

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés