• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Frites : une pétition lancée en Belgique pour rebaptiser les «French fries» en «Belgian fries»

La publicité pour le changement de nom lancée par la marque Lutosa / © LUTOSA / FACEBOOK / PEXELS / FRANCE 3
La publicité pour le changement de nom lancée par la marque Lutosa / © LUTOSA / FACEBOOK / PEXELS / FRANCE 3

On vous explique pourquoi cette pétition est un peu à côté de la plaque.

Par EM

"Il est temps de changer l’appellation “French Fries” en “Belgian Fries”, c'est le message publié par une marque de frites belge depuis quelques jours. Une campagne publicitaire et marketing relaye la pétition intitulée "Soutenez les frites belges", particulièrement en ce 1er août, journée internationale de la frite belge. "French fries" est l'expression utilisée pour désigner les frites dans le monde anglo-saxon.

"Ce n’est quand même pas normal que partout dans le monde, NOS frites soient appelées des « French fries ! », écrit la marque Lutosa sur son site. L’appellation « French fries » est presque une injure pour tous les Belges. Voilà pourquoi, il est temps de reprendre ce qui nous appartient et de changer « French fries » en « Belgian fries ». Nos frites sont notre fierté et il est grand temps de le faire savoir au reste du monde !"
 
Vidéo publiée sur Facebook par Iglo Lutosa Belgium
 


La revendication n'est pas nouvelle. Stromae, le célèbre chanteur belge, s'en faisait l'écho lors de tous ses concerts en France en 2014-2015 : "French fries, les frites françaises ! Quand on vient de Belgique, ça fait mal, c'est scandaleux. Dorénavant, tu diras qu'on dit des "belgian fries". C'est comme si on disait que le Débarquement a eu lieu à Anvers !" 
 

STROMAE "Moules Frites" au festival Beauregard à Hérouville Saint Clair


Les frites sont-elles belges ?


On ignore pour l'instant combien de personnes ont signé cette pétition "Belgian fries". Mais d'ores et déjà, elle suscite deux interrogations :
  • Les frites sont-elles vraiment belges ? 
  • Pourquoi utilise-t-on le terme "french fries" ? 
A la première question, la réponse est délicate et pas tranchée par les historiens. Les rumeurs et légendes sont nombreuses, les certitudes historiques beaucoup moins. "Qui détient la paternité de la pomme de terre frite ?, écrit par exemple Etienne Moulron dans "Histoire passionnée de la frite". Nous ne le saurons probablement jamais. Il est en effet difficile d'imaginer qu'une seule personne à un moment précis de l'histoire ait eu l'idée de plonger des pommes de terre dans une bassine de graisse bouillante."

Seule certitude : les pommes de terre frites sont apparus pour la première fois au XVIIème siècle en Belgique et/ou en France. "La frite est une fille de la cuisine de rue. C'est pour cela qu'il est difficile d'établir son certificat de naissance", résume dans Le Monde l'historienne spécialiste de l'alimentation, Madeleine Ferrière.

Mais le débat reste vif entre Belgique et France : "La paternité ne fait aucun doute : la frite est belge", écrivait encore il y a quelques jours le quotidien Le Soir.
 
Étienne Moulron : De la patate à l’invention de la frite, bientôt classée au patrimoine de l’UNESCO


French fries = frites françaises ? Non !


A la deuxième question, la réponse est encore plus surprenante. L’appellation « french fries » n'a pas de lien avec la France. Elle vient en réalité des Irlandais. En vieil irlandais, l’adjectif « French » signifie « coupé en morceaux ».

Quand près de deux millions d'Irlandais ont quitté leur pays au début du 20ème siècle en direction des pays anglo-saxons (Etats-Unis, Canada et Australie), ces immigrants ont importé et popularisé le terme "french fries", pour désigner les morceaux de pommes de terre frits, comme le rappelait en 2014 France info. 
 

On résume : une marque de frites belges lance une pétition pour qu'un produit dont on n'est pas sûr que la Belgique soit l'inventeur s'appelle "Belgian fries" alors que le nom actuel "French fries" ne fait pas référence à la France. Nos voisins belges ne seraient-ils pas juste un peu jaloux ?

 

Sur le même sujet

Lille aux affaires, en direct de la Braderie de Lille 2019

Les + Lus