Gilets jaunes : Vinci Autoroutes renonce à faire payer les automobilistes qui ont profité des opérations “péage gratuit”

Des gilets jaunes au péage de Beaumont, sur l'A31 le 24 novembre 2018 (image d'illustration). / © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Des gilets jaunes au péage de Beaumont, sur l'A31 le 24 novembre 2018 (image d'illustration). / © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Le groupe français a annoncé mardi qu'il abandonnait son projet de régularisation auprès des usagers annoncé la veille. La Sanef assure également qu'il n'y aura pas de recouvrement pour les automobilistes des Hauts-de-France.

Par ML avec AFP

La société de gestion d'autoroutes fait marche arrière. Vinci a annoncé ce mardi renoncer à récupérer le manque à gagner engendré par les opérations "péages gratuits" menées partout en France lors des manifestations des gilets jaunes. La veille, le groupe français avait affirmé que les automobilistes qui étaient passés sans s'acquitter de la somme due devraient régulariser leur situation. 
 

"Cette procédure sans doute insuffisamment expliquée, donc mal comprise, a suscité depuis hier un grand nombre de réactions négatives", affirme l'entreprise dans un communiqué. "Vinci Autoroutes a décidé de renoncer à son application." Le groupe rappelle par ailleurs son intention initiale de ne pas appliquer l'amende prévue par la loi dans de tels cas.
 

La décision de Vinci d'opérer une régularisation avait suscité de nombreuses oppositions auprès du personnel politique. La ministre des Transports Elisabeth Borne avait ainsi estimé qu'elle n'était pas "fondée au plan juridique", et affirmé devant le Sénat avoir demandé aux exploitants d'autoroutes "de ne pas mettre en oeuvre de tels recouvrements". Autre gestionnaire dans la région, la Sanef a déclaré qu'elle ne mettrait pas en place de régularisations. 
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus