Handisport : l'athlète belge Marieke Vervoort est décédée par euthanasie

Marieke Vervoort en conférence de presse à l'occasion des Jeux paralympiques de Rio, le 16 septembre 2016. / © CEZAR LOUREIRO/EFE/Newscom/MaxPPP
Marieke Vervoort en conférence de presse à l'occasion des Jeux paralympiques de Rio, le 16 septembre 2016. / © CEZAR LOUREIRO/EFE/Newscom/MaxPPP

L'athlète belge multimédaillée est décédée ce mardi 22 octobre, trois ans après avoir annoncé son souhait de pouvoir recourir à une euthanasie. Marieke Vervoort était âgée de 40 ans et souffrait depuis l'adolescence d'une maladie dégénérative.

Par ML (avec AFP)

Dès août 2016, juste avant de remporter deux médailles à Rio, Marieke Vervoort avait annoncé à la presse avoir effectué les démarches pour pouvoir, si son état de santé s’aggravait, recourir à une euthanasie. L’athlète paralympique belge est décédée ce mardi 22 octobre après être allée au bout de ce processus, autorisé et encadré par la loi de son pays. Elle était âgée de 40 ans.
 

La sprinteuse souffrait d’une « tétraplégie progressive » depuis l’âge de 14 ans. Aux médias, elle décrivait une adolescence marquée par l’incompréhension du corps médical face à sa pathologie. « J’ai dit aux docteurs : « Laissez tomber, je vais me débrouiller toute seule. », narrait-elle au micro de Stade 2. Et j’ai commencé à revivre. »
 

Marieke Vervoort a alors pratiqué de nombreux sports : le basket en fauteuil roulant, la natation puis le triathlon. « Wielemie » devient championne du monde de cette discipline en 2006 puis dispute l’année suivante le mythique Ironman d’Hawaï. Confrontée à l’évolution de ses douleurs, elle passe au char à voile et enfin à l’athlétisme en 2012.
 

Elle remporte dans la foulée l’or sur le 100m des Jeux paralympiques de Londres. Trois ans plus tard, elle est championne du monde sur le 100m, le 200m et le 400m. Elle était repartie de ses derniers Jeux, à Rio, avec l’argent du 400m et le bronze du 100m. En septembre dernier, l’athlète avait pu rouler à bord d’une Race Lamborghini Huracan Evolution sur le circuit flamand de Zolder. "J'ai pu réaliser beaucoup de rêves, déclarait-elle alors. Celui-ci est le dernier."
 

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus