Hauts-de-France : 2.300 personnes, dont un quart d'enfants, étaient sans hébergement en novembre

Personne sans-abri photographié à Paris en décembre 2016. / © VALERY HACHE / AFP
Personne sans-abri photographié à Paris en décembre 2016. / © VALERY HACHE / AFP

Selon la Fédération des acteurs de la solidarité en Hauts-de-France, près de 6.000 personnes ont demandé un hébergement d'urgence en novembre dernier. Mais ces places d'hébergement restent trop peu nombreuses, pour son directeur.

Par Quentin Vasseur

Difficile de ne pas penser à eux, en période de fêtes... Des milliers de personnes dorment toujours dehors dans les Hauts-de-France.

En novembre, on comptait 5.886 demandes d'hébergement d'urgence, selon les chiffres de la Fédération des acteurs de la solidarité en Hauts-de-France. Parmi elles, 1.663 concernaient des enfants.


Malheureusement, le nombre de demandes ne correspond pas toujours au nombre de places et de nombreuses personnes restent sans solution de logement. En novembre, on comptait 2.308 personnes concernées, dont 800 enfants.


"Des chiffres qui font froid dans le dos et qui nous obligent à nous mobiliser" assure Philippe Dumoulin, président de la fédération dans la région. Car ces "chiffres importants" sont "croissants d'année en année."


Et si le problème existe depuis plusieurs décennies, il évolue et Philippe Dumoulin note que "tout un public nouveau est concerné aujourd'hui par cette question du manque de toit.

Aujourd'hui, il y a pas assez de places ouvertes


"On voit des travailleurs pauvres qui dorment dans leur véhicule, on voit aussi beaucoup de jeunes dans la tranche des 18-25 ans, tous des publics qui auparavant trouvaient des solutions" explique-t-il.

Au cœur du problème se trouve l'ouverture des places d'hébergement. "Aujourd'hui, il y a pas assez de places ouvertes" affirme Philippe Dumoulin, qui note que "la veille saisonnière fonctionne sur la base du thermomètre".

De ce fait, de nombreux locaux "ne seront ouverts que si la température baisse encore notoirement, comme si c'était plus facile de vivre dehors à 4°C qu'à -2°C ou -5°C."

Philippe Dumoulin et l'hébergement d'urgence dans les Hauts-de-France, au 19/20 de France 3 Picardie
Philippe Dumoulin Président de la Fédération des acteurs de la solidarité en Hauts-de-France  - France 3 Picardie

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans la Somme, une petite maison d'édition jeunesse aux valeurs humanistes

Les + Lus