• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Hauts-de-France : séance plénière interrompue au conseil régional après des propos du RN sur un élu décédé

Suspension de séance jeudi au conseil régional des Hauts-de-France après des propos tenus par le RN sur Philippe Rapeneau. / © Conseil régional des Hauts-de-France
Suspension de séance jeudi au conseil régional des Hauts-de-France après des propos tenus par le RN sur Philippe Rapeneau. / © Conseil régional des Hauts-de-France

Le président (DVD) de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a suspendu jeudi la séance plénière du conseil régional, après des propos d'une élue du Rassemblement National sur Philippe Rapeneau, ancien vice-président LR décédé l'an dernier.

Par YF

L'incident survient, en fin de séance plénière, alors qu'Hortense de Méreuil, élue Rassemblement National, défend dans l'hémicycle régional, depuis une heure, 22 amendements au futur plan de gestion des déchets des Hauts-de-France. 

"Le conseil régional va mettre l'accent sur la prévention, la réduction et le tri", relève-t-elle en affichant une moue dubitative. "Dans le plan, vous ne fermez pas du tout les augmentations d'incinération", reproche-t-elle au président de région (DVD) Xavier Bertrand, qui ne la regarde pas et consulte ostensiblement son smartphone. "Dans votre plan, les décharges ne baisseront pas pendant des années", dénonce-t-elle ensuite.
 

"Oui, on veut éviter que (la région) devienne une poubelle", lui répond un Xavier Betrand agacé qui propose de lui transmettre "l'adresse de Monsieur le préfet de région puisque c'est avec lui que vous devez avoir un dialogue"."Nous, on l'a eu", ajoute le président du conseil régional. "Vous pensez qu'en dialoguant avec le préfet de région, on n'est pas capable d'obtenir suffisamment, on va voir effectivement si vous êtes plus convaincante que nous".

Cité en exemple par l'élue RN pour sa politique de réduction des déchets et les moyens importants que sa ville y consacre, le maire DVD de Roubaix, Guillaume Delbar, également vice-président de région, intervient. "Si on regarde historiquement, on a commencé avec des budgets très faibles et juste avec une volonté d'avoir une écologie positive, concrète et j'ai envie de dire souriante aussi, parce que c'est souvent ce qui manque dans vos interventions", adresse-t-il à Hortense de Méreuil, sous les applaudissements d'élus de la majorité régionale et les protestations de l'opposition RN. Et Guillaume Delbar de rendre hommage au travail de Philippe Rapenau, ancien vice-président LR des Hauts-de-France, qui avait initié le plan de gestion des déchets du Conseil régional avant son décès soudain, il y a un an.    
 

"Il était vraiment peu aimable"


"Vous pouvez me reprocher beaucoup de choses", réagit Hortense de Méreuil. "Mais le sourire... vous ne pouvez pas me reprocher de ne pas sourire. Peut-être devant M.Rapeneau, c'est vrai que je ne souris peut-être pas, il était vraiment peu aimable...". Des huées s'élèvent aussitôt dans l'hémicycle et Xavier Bertrand décide de suspendre immédiatement la séance. "Lamentable !", "C'est une honte !", s'indignent les élus de la majorité régionale.

Selon La Voix du Nord, une altercation éclate entre le sénateur LR Jean-François Rapin, proche de Philippe Rapeneau, et Philippe Eymery, patron du groupe Rassemblement National au conseil régional des Hauts-de-France.

A la reprise de la séance, Xavier Bertrand demande à ce dernier : "Est-ce que vous-même ou Madame de Méreuil veulent revenir sur les propos qu'elle a tenus ?". "Veuillez répéter ce que vous venez de dire et pesez bien vos mots", rétorque Philippe Eymery. "Est-ce que vous-même, en tant que président de groupe, avez l'intention de revenir sur ce qu'a dit Madame de Méreuil ou est-ce que Madame de Méreuil a l'intention de revenir sur ce qu'elle a dit ?", insiste le président de région. 
 

"Vous allez nous dire exactement ce qu'a dit Madame de Méreuil et nous verrons en décortiquant ce propos, s'il y a quelque chose qui est en quelque manière discourtois, insultant, diffamatoire, vous allez nous l'expliquer", répond le chef de file RN, avec l'approbation de la présidente de son parti, Marine Le Pen, assise à ses côtés. "Hortense de Méreuil, selon les bons usages, n'a rien dit qui soit choquant, si cela vous a choqué, c'est votre problème (...). Peut-être que l'énervement provoqué par votre difficulté à répondre aux 22 amendements vous a donné un cuir un peu tendre et à ce moment-là il fallait trouver une excuse, un prétexte, pour faire un scandale de ce qui n'en méritait aucunement".
 

Xavier Bertrand se tourne alors vers Hortense de Méreuil. "Entendez-vous revenir sur les propos que vous avez tenus à la fin de votre intervention concernant Philippe Rapeneau ?". "Monsieur Eymery a répondu pour moi", lui signifie la conseillère régionale RN.

"Dans ces conditions, compte-tenu du manque de respect manifeste que vous avez témoigné à l'égard de Philippe Rapeneau, la séance est levée, elle ne reprendra pas", conclut le président de région sous les applaudissements de sa majorité.  

"Comment peut-on altérer avec autant d’indécence la mémoire de Philippe Rapeneau, un homme respecté, disparu brutalement et dont nous saluons la mémoire ?", s'indigne sur Twitter  Frédéric Leturque, conseiller régional centriste et maire d'Arras, dont Philippe Rapeneau présidait la communauté urbaine.
 

"Ignominie envers notre défunt ami Philippe Rapeneau", dénonce également Frédéric Nihous, élu régional LR. "Le fard s'efface, se révèle le sale visage de l'extrême-droite !
 

Sur le même sujet

REPLAY. "Lille, la plus grande braderie du monde"

Les + Lus