Bayern - Losc : échos et chances du Losc

© AFP
© AFP

Après trois matches joués, le Losc ne dispose toujours d'aucun point.

Par E. PALL avec AFP

Ses chances de qualification pour la phase éliminatoire de la Ligue des champions sont donc assez faibles...

Avec six points de retard sur les trois autres équipes du groupe F, Lille, pour ne pas être déjà éliminé, n'a d'autre choix que de gagner mercredi à Munich face au Bayern lors de la 4e journée de la Ligue des champions.

Même si l'équipe de Rudi Garcia va mieux, avec 10 points pris sur 12 possibles en Championnat et une série de trois victoires consécutives en incluant la Coupe de la Ligue, le défi qui l'attend à l'Allianz Arena est immense.

Le Bayern a remporté 15 de ses 16 derniers matches à domicile en Ligue des champions, sans compter la finale de la saison dernière, disputée à Munich et perdue face à Chelsea. Seul l'Inter Milan, alors tenant du titre, avait réussi à s'imposer à l'Allianz Arena en 2010-2011 lors des 8e de finale retour (3-2).

 

Bayern - Losc : échos et chances du Losc (1)

Images dEmmanuel Quinart




Arrivée du Losc à Munich et conférence de presse de Franck Ribéry et centre d'entraînement du Bayern. Images Céline Rousseaux.

 

Calendrier et résultats du groupe F

Echos avant la confrontation

Bayern : Robben dans le onze. Le Néerlandais Arjen Robben, qui n'a joué qu'un seul match depuis fin septembre en raison d'un problème musculaire, la semaine dernière en Coupe d'Allemagne, "débutera le match" contre Lille, a assuré le coach Jupp Heynckes au magazine Kicker. Robben, de retour sur le flanc droit, Thomas Müller pourrait passer au centre en remplacement de Toni Kroos, perturbé par un problème gastrique dimanche, Franck Ribéry étant la valeur sûre à gauche. L'Espagnol Javi Martinez pourrait lui profiter de douleurs dorsales du Brésilien Luiz Gustavo pour former avec Bastian Schweinsteiger la garde en milieu défensif.

Lille : incertitudes en défense. Rudi Garcia ne sait pas encore s'il pourra disposer de l'intégralité de ses joueurs en défense pour aller défier le Bayern. Trois d'entre eux sont incertains: Marko Basa (cuisse), Franck Béria (mollet), Mathieu Debuchy (alerte musculaire). Pour les deux premiers, les examens pratiqués lundi sont rassurants mais un dernier test sera fait lors de l'entraînement mardi soir à Munich. Digne (genou) est forfait et Mendes (cheville) incertain. Ce match devrait permettre au capitaine Rio Mavuba de faire son grand retour après plus d'un mois d'absence en raison d'une blessure au ménisque externe.

"Ici, je suis chez moi et je veux gagner"

Franck Ribéry

Après le gros match à Hambourg (3-0), avez-vous à coeur de confirmer ?

"C'était important de gagner à Hambourg. On a bien réagi après la défaite (contre Leverkusen). Il nous faut rééditer le match de Hambourg. Et pour moi, peu importe si c'est contre une équipe française ou autre. L'important est d'aller chercher les trois points".

Etes-vous particulièrement motivé à jouer tout le match, après une prestation écourtée à Lille ?
"Bien sûr que j'aurais voulu continuer de jouer. Mais j'avais une douleur à la cuisse et le docteur n'a pas voulu prendre de risques. L'important est que je suis rétabli à 100%. A Lille, l'atmosphère était différente car je suis Français. Mais demain, je suis chez moi, dans mon stade, avec mon équipe. Lille ou pas, j'ai toujours envie de gagner".

Vous devriez être opposé à Debuchy cette fois et non à Sidibé. Qu'attendez-vous ?

"Debuchy est complètement différent de Sidibé. C'est un joueur que je connais bien, un très bon latéral qui connaît le haut niveau. Il est agressif, rapide et puissant, mais pas la même agressivité que Sidibé. C'est vrai qu'à l'aller j'ai pris pas mal de coups. Je m'attends à un duel intéressant. Face à une équipe compacte, bien regroupée défensivement".


Munich c'est "chez vous", comment expliquez-vous cette intégration ?
"Comme je l'ai toujours dit, tout le monde m'a bien accueilli depuis mon arrivée (2007, ndlr). Il y avait le barrière de la langue, et c'était bien qu'il y ait Sagnol et van Buyten au début. Ici, c'est une mentalité différente. Les gens sont gentils, respectueux. Surtout au Bayern, qui est une grande famille. Après six ans, je suis le plus heureux du monde".

Comment expliquez vous votre réussite cette saison ?

"Je veux toujours me donner à 100% pour l'équipe. Mais ce n'est pas toujours

facile, avec le rythme effréné des matches. Mon corps est plus affûté, j'ai de

meilleures sensations. Mais il faut travailler toujours plus. Mais ça vient aussi

du collectif: on résout les problèmes ensemble, on communique beaucoup. Et c'est

important d'avoir un bon banc".

Sur le même sujet

Les + Lus