• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Carlton : les textos de DSK analysés par la police

Les policiers en charge de l'affaire Carlton tentent de faire parler la puce d'un téléphone utilisé par DSK.

Par Emmanuel MAGDELAINE

Les policiers en charge de l'affaire Carlton tentent de faire parler la puce d'un téléphone portable pour reconstituer les échanges téléphoniques entre l'homme d'affaires nordiste, Fabrice Pazskowski et Dominique Strauss-Kahn au sujet de parties fines, selon le magazine Le Point.

Virgine Dufour, ex-compagne de Fabrice Paszkowski, Michou et Fabrice Paskowski. Document Le Point.fr

Citant des PV d'audition du chef d'entreprise lensois mis en examen, l'hebdomadaire affirme qu'un téléphone portable de M. Pazskowski aurait été détenu pendant trois mois

par M. Strauss-Kahn, et que plusieurs textos auraient été échangés via l'appareil entre les deux hommes pour organiser des rendez-vous galants.

Ce téléphone aurait été oublié par Fabrice Pazskowski lors d'une partie tarifée à l'hôtel Murano en février 2011. Il aurait été ensuite récupéré par Dominique Strauss-Kahn qui l'aurait emporté aux Etats-Unis et gardé jusqu'au 13 mai, avant de le rendre à son propriétaire lors d'un autre rendez vous avec des prostituées outre-Atlantique.

Entre ces deux dates, les deux hommes auraient échangé plusieurs textos ayant pour thème des rencontres avec des jeunes femmes.

Mais seuls des propos de M. Strauss-Kahn ont été retrouvés par les enquêteurs, ceux de M. Pazskowski ayant été effacés par ce dernier. "Tu viens accompagné à Washington ?" aurait ainsi demandé l'ancien directeur du FMI à l'entrepreneur nordiste, avant d'ajouter "Je la connais ?", selon les retranscriptions de PV d'audition repris par Le Point.

Selon l'hebdomadaire, Fabrice Pazskowski aurait réinitialisé la puce de son téléphone portable le 14 mai, jour de l'arrestation de DSK lors de l'affaire du Sofitel de New York, effaçant ainsi l'ensemble des propos qu'il avait échangés avec l'ancien patron du FMI. Les policiers tentent actuellement, par l'intermédiaire d'une réquisition judiciaire, de faire parler la carte SIM du mobile, dont les données informatiques sont conservées par l'opérateur de téléphonie.

Fabrice Paszkowski a été mis en examen le 21 octobre pour proxénétisme aggravé en bande organisée, association de malfaiteurs, escroquerie et abus de biens sociaux et placé en détention provisoire.

A lire/à voir aussi :

Le directeur du Carlton remis en liberté

L'affaire Carlton reste à Lille

Sur le même sujet

Les concerts puis confidences d'Arno et de Dick Annegarn

Les + Lus