Eau polluée : les 10 questions que vous vous posez

© F3
© F3

Les perchlorates, c'est quoi ? D'où ça vient ? C'est dangereux ? Quels risques ? Pour qui ?

Par Emmanuel MAGDELAINE

            

Votre commune est-elle concernée ?

En gros, toute la région Nord Pas-de-Calais est touchée à l'exception de la métropole lilloise et de l'Avesnois. En tout, 544 communes sont concernées. Certaines plus que d'autres (de 4à  15 µg/L)

La liste complète se trouve sur cette carte. Cliquez pour la voir en plus grand et découvrir à gauche la liste complète des villes et villages.


Afficher Pollution de l'eau du robinet : les communes concernées sur une carte plus grande

L'ARS a également publié une liste complète de 544 communes concernées.

Qui peut boire de l'eau du robinet ?

A priori, tout le monde sauf les femmes enceintes et les nourrisons de moins de 6 mois. Environ 10.000 nourrissons de moins de six mois et 5.000 femmes enceintes ou allaitantes se trouvent sur ce territoire. Cette population doit plutôt choisir de boire de l'eau minérale. Pour l'instant.

Cela dit, les restrictions annoncées font aussi écho à une étude de l'UFC-Que choisir de mars dernier qui indiquait que près de deux millions de personnes en France reçoivent une eau non conforme aux réglementations. Le Pas-de-Calais était particulièrement touchée.

Je suis enceinte, j'ai bu de l'eau, que dois-je faire ?

Ne pas paniquer. Il n'existe pas de traitement spécifique ni a-priori de conséquences immédiates.  Mieux vaut simplement pour l'instant boire de l'eau minérale.

Quels sont les risques si je bois cette eau ?

Aucun risque immédiat de tomber malade. En fait, les autorités sanitaires sont prudentes sur les effets des perchlorates sur la thyroïde. "Les perchlorates ne sont classés cancérogènes ou mutagènes par aucun organisme international. Ils ne s'accumulent pas dans l'organisme humain et leurs effets sont réversibles", selon un communiqué de l'Agence régionale de santé. En revanche, ils pourraient provoquer des problèmes d'hypothyroïdie chez les nourrissons, et donc des problèmes de croissance ou de développement neurologique.

Eau polluée : les 10 questions que vous vous posez (1)

Les dernières études n'ont pas montré "de modification de l'incidence de l'hypothyroïdie congénitale" en Nord/Pas-de-Calais par rapport aux autres régions, a affirmé le Dr Sandrine Segovia-Kueny, de l'ARS.  "La situation ne doit pas effrayer les parents. Le suivi des enfants doit rester le même, par le biais d'un pédiatre", a-t-elle précisé.

Dans La Voix du Nord, Michel Durousseau, "Monsieur Eau" dans le Douaisis montre son agacement à propos de l'arrêté et déclare que les préfets ont hésité à les prendre car "les conséquences sont importantes. Ça fait des années qu'on se bat pour que les gens boivent de l'eau du robinet et c'est cette dynamique qu'on est en train de casser." Pour pas grand chose ?

Qui appeler si je me pose des questions ?

L’ARS (Agence régionale de Santé) Nord – Pas-de-Calais a mis en place un numéro de téléphone afin de répondre aux questions des usagers :

03 60 01 92 62 (numéro non surtaxé)

La permanence téléphonique est assurée du lundi au vendredi de 8h à 20h et le Samedi de 8h à 18h.

Ça va durer jusqu'à quand ?

De quelques semaines à plusieurs mois, selon les communes et les avancées de la dépollution. Les techniques employées pour enlever les perchlorates ne sont pas toutes au point comme l'explique Michel Durousseau, Monsieur Eau du Douaisis.

Eau polluée : les 10 questions que vous vous posez (2)

Comment a-t-on découvert cette pollution ?

Cela date de plusieurs mois. C'est la Société des Eaux du Nord qui a découvert des perchlorates dans l'eau de la métropole lilloise. En faible quantité. Mais suffisamment pour que soit lancée une campagne d'analyses dans toute la région. Certaines de ces analyses sont toujours en cours.

Ces analyses ont permis de découvrir des quantiés de perchlorates plus importantes qu'autour de Lille. Cette pollution n'a donc été découverte que récemment mais elle pourrait dater de très longtemps. On ne trouve que ce que l'on cherche...

D'où vient cette pollution aux perchlorates ?

Aucune réponse précise à cette question. Selon l'Agence régionale de santé, les perchlorates "sont utilisés dans de nombreuses applications industrielles pyrotechniques". Or aucune activité actuelle n'en utiliserait de façon massive. D'autres pistes sont donc évoquées : on utilisait par exemple les sels de perchlorates dans les mines comme explosif pour faire sauter les galeries. On en utilisait aussi pour fabriquer des munitions.

Les combats de la Première Guerre mondiale pourraient donc avoir laissé des traces. La carte de la ligne de front en 1915 (ci-dessous) correspond assez bien à celle des 544 cartes communes.

 

 

Et ailleurs, l'eau a -t-elle déjà été polluée aux perchlorates ?

Oui, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a été saisie le 31 janvier 2011 par la Direction générale de la santé (DGS) d'une demande d'avis sur les risques sanitaires liés à la présence d'ions perchlorate dans les eaux destinées à la consommation humaine (EDCH).

Ce sont les Agences régionales de santé (ARS) d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées qui avaient signalé cette pollution liée à une activité industrielle à l'amont de points de captage d'eaux destinée à la production d'eau potable. Des captages d'eau dans la région de Bordeaux avaient du être fermés.

L'anses, en juillet 2011, avait recommandé une grande enquête nationale sur la question et avait indiqué qu'il ne valait mieux pas utiliser d'eau du robinet dans la préparation des biberons des nourrissons jusqu’à 6 mois.

Ma facture d'eau va-t-elle augmenter ?

Oui, c'est probable. Car la dépollution va coûter beaucoup d'argent aux sociétés de gestion des eaux.

A lire aussi :

Pas-de-Calais : l'eau du robinet polluée ?

Faut-il avoir peur de notre eau du robinet ?

Nord Pas-de-Calais : attention, eau polluée

Sur le même sujet

Les + Lus