• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Fusillade et explosions à Liège : 4 morts

© AFP
© AFP

Au moins quatre personnes ont été tuées et 75 blessées ce midi dans le centre de Liège.

Par Virna SACCHI (avec AFP)

Un homme armé a tiré et lancé des engins explosifs sur la foule mardi en pleine journée sur la principale place de Liège (sud-est de la Belgique), tuant trois passants et en blessant 75 autres avant de trouver la mort.
Le calme est revenu en milieu d'après-midi après plusieurs heures de forte tension autour de la place Saint-Lambert, où est situé notamment le palais de justice et à proximité d'un marché de Noël très fréquenté.


Vers 12h30, l'individu armé a commencé à lancer des engins explosifs sur des abribus où attendaient plusieurs personnes. Armé d'un fusil d'assaut Kalachnikov, il a également tiré sur la foule.


 "Je sortais du palais de justice. J'ai vu un homme faire un grand mouvement avec
les bras en lançant quelque chose vers les abribus. J'ai entendu une explosion",
a raconté à l'AFP Nicolas Gilenne, un journaliste ayant assisté à la scène.  L'homme s'est alors "retourné, a pris un autre objet, l'a dégoupillé. J'ai alors commencé à courir. Il était seul et semblait très maître de ses actes. Il voulait toucher le plus de gens possible. J'ai entendu quatre explosions et des tirs pendant environ dix secondes", a-t-il ajouté.


 Il était "habillé en treillis militaire", a indiqué un autre témoin.  Il y a eu "deux gros bruits assourdissants et puis toute une série de déflagrations, des gens qui courent dans tous les sens et voilà... On a fermé la porte, on a éteint les lumières, on s'est mis à l'abri avec les clients comme on pouvait derrière le comptoir", a témoigné Patricia, une boulangère. "Les gens parlent de coups de feu, de morts, de blessés... On a l'impression que ce n'est pas vrai, que ce n'est pas possible", a-t-elle ajouté, visiblement choquée, sur la chaîne RTL-info.

Les secours prennent en charge les blessés dans le centre-ville de Liège (Belgique), après l'attaque survenue le 13 décembre 2011. 


Le nouveau Premier ministre belge, Elio Di Rupo, devait arriver sur place en milieu
d'après-midi. Il a "appris avec effroi les graves événements survenus à Liège. Ses premières pensées vont aux victimes, à leurs familles et à leurs proches ainsi qu'à tous les Liégeois", selon un communiqué de ses services.


 Les premiers témoignages avaient fait état de la présence de deux à quatre hommes
armés, dont un aurait pris la fuite.  Mais le procureur du Roi de Liège, Danièle Reynders, a annoncé en milieu d'après-midi que les faits n'avaient été commis que par un seul homme. Ils ne sont pas liés à une affaire judiciaire en cours ou à une action terroriste, a indiqué de son côté le Centre fédéral de crise.  Le procureur a annoncé que l'attaque avait causé la mort de quatre personnes, dont l'agresseur, et avait fait 75 blessés.

Outre le tireur, les morts sont un garçon de 15 ans, décédé sur les lieux, un adolescent de 17 ans, mort à l'hôpital, et une femme de 75 ans, également décédée à l'hôpital, a annoncé la magistrate.
 Le tireur a été identifié comme étant Nordine Amrani, un Liégeois de 33 ans.  Il avait déjà été condamné pour possession d'armes et des affaires de recel, de stupéfiants et de moeurs et était convoqué mardi matin à la police, a précisé Mme Reynders.  "Il était convoqué pour une audition dans un service de police", a-t-elle indiqué,
refusant de préciser pour quel type d'affaire.


 Amrani avait en sa possession un fusil automatique léger, un revolver et des grenades.
Il a lancé trois grenades depuis le toit d'une boulangerie, selon la magistrate.
 L'enquête devra déterminer les circonstances de sa mort, a précisé le procureur.
Certains témoignages indiquent qu'il s'est suicidé en se tirant une balle dans
la tête.

La place Saint-Lambert est l'un des lieux les plus animés de Liège, qui compte près de 200.000 habitants. Comme dans toutes les villes belges, elle accueillait depuis plusieurs jours un village de Noël, où les habitants viennent déambuler à toute heure.
 "Heureusement, le bourgmestre (maire) avait décidé aujourd'hui de repousser l'heure d'ouverture du marché de Noël en raison du mauvais temps et du vent très fort qui souffle. Il y aurait beaucoup plus de monde sinon", a indiqué un fonctionnaire
de la ville.

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus