• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

General Motors, client de l'usine PSA Sevelnord ?

Dans le cadre d'une alliance entre les constructeurs, GM est intéressé par le nouveau véhicule produit à Valenciennes.

Par Mickaël GUIHO

 

PSA Peugeot Citroën et General Motors, liés depuis le début de l'année, envisagent à présent de créer une société commune regroupant les activités automobiles du Français et la filiale européenne de l'Américain, Opel, rapporte vendredi le site internet Latribune.fr.

Or General Motors serait intéressé par le  futur véhicule utilitaire léger qui sera produit dans l'usine PSA de Sevelnord à Valenciennes-Hordain, afin d'en proposer une variante pour le marché américain, toujours selon cette source.

Le constructeur français, en grande difficulté, s'est rapproché en début d'année du géant américain qui a pris 7% de son capital. GM pourrait donc bien renforcer le carnet de commandes de Sevelnord. Même si elle n’aura pas d’effet à court terme, c'est une bonne nouvelle, alors que la CGT s'était dite inquiète pour l'avenir du site après la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay et sachant que Fiat, pour sa part, se désengagera à partir de 2013. Une bonne nouvelle était tout de même déjà intervenue cet été, avec l'annonce d'un partenariat entre PSA et Toyota.

Ce projet, s'il voit le jour, ne pourrait se concrétiser avant plusieurs années. D'ici là, PSA et GM ont mis sur pied des groupes de travail chargés de voir ce que les deux constructeurs automobiles peuvent faire ensemble à moyen terme. Ils doivent présenter leurs conclusions fin octobre.

Un projet pas encore acté

"Le projet à l'étude prévoit la création d'une société commune, détenue à parité par les deux constructeurs", selon une source citée par le site internet. Cette société commune "regrouperait Opel (filiale allemande de GM) et la division automobile de PSA ou la partie industrielle de ladite division", selon cette source. Ceci exclut donc les autres activités de PSA, que ce soit l'équipementier Faurecia, sa banque PSA Finance et le groupe de logistique Gefco.

Il ne s'agit pour l'instant que d'une étude qui "n'a pas encore été soumise au conseil de surveillance de PSA", mais une décision "pourrait intervenir d'ici à la fin de l'année", poursuit Latribune.fr. Il n'est pas évident que la famille Peugeot, premier actionnaire du groupe avec 25,4% du capital et 38,1% des droits de vote, l'approuve. Ses membres "n'ont pas tous les mêmes objectifs et ne sont pas d'accord entre eux", selon Latribune.fr.

PSA, contacté par l'AFP, s'est refusé à tout commentaire. "GM ne commente pas. Nous nous concentrons sur les synergies à réaliser, qui ont été arrêtées dans l'accord de février", a indiqué de son côté un porte-parole d'Opel.

Parce qu’il n’y a pas que le Nord

PSA et GM prévoient notamment, dans le cadre de leur alliance, de partager des plates-formes pour produire des voitures de petite et moyenne taille, des monospaces et des crossovers à partir de 2016. Le Français pourrait développer la remplaçante de sa Citroën C5, mais aussi des modèles Opel Insignia et Zafira, a indiqué jeudi une source proche à l'AFP.

Le projet commun pour développer des grosses berlines routières serait en revanche retardé, selon des informations du magazine Challenges. De même, l'idée de développer ensemble une plate-forme commune pour des petites voitures destinées aux marchés émergents serait aussi gelé, selon Challenges.

A la Bourse de Paris, le titre Peugeot, s'est adjugée plus de 5% après la publication de l'information de Latribune.fr.

A lire aussi :

Le futur véhicule utilitaire de PSA produit à Sevelnord

L'utilitaire K-zéro produit à Sevelnord en 2016 ?

Avec Toyota, PSA lance un signal à Sevelnord

PSA : après Aulnay, la CGT inquiète pour Sevelnord

Fiat se désengagera bien de Sevelnor à partir de 2013

Sur le même sujet

Le tube "Valerie" repris par Still Amy

Les + Lus