• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Guy Delcourt réclame la saisie de “Rose Mafia 2”

© france3
© france3

Le maire de Lens veut obtenir la saisie de "Rose Mafia 2", l'enquête qui étaie les accusations de Gérard Dalongeville.

Par Myriam SCHELCHER

Quelques jours après la sortie de "Rose Mafia 2", l’enquête sur les irrégularités financières du PS dans le Pas-de-Calais, le maire de Lens, Guy Delcourt, annonce qu'il va demander la saisie du livre en référé.


Rose Mafia 2, paru la semaine dernière, étaie les accusations portées par l'ex maire d'Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville dans son premier opus.

Cette fois, l'ancien édile a décidé de confier à un journaliste de Nord Eclair, Martin Leprince, le soin d'enquêter sur les faits dénoncés dans son premier Rose Mafia : un système généralisé de clientélisme, de marchés truqués et de financement occulte du PS dans le Pas-de-calais.

Plusieurs élus s'y trouvent accusés, dont Jean-Pierre Kucheida, le maire de Liévin, objet d'enquêtes préliminaires qui viennent de lui coûter son siège de député.

Rose Mafia 2 enfonce le clou, en annonçant en couverture "apporter les preuves des irrégularités de certains élus socialistes dans le Pas-de-Calais".

Parmi les élus cités, le maire de Lens est relativement épargné, mais ce n'est pas le cas de l'un des ses  adjoints et de certains fonctionnaires de la ville, membres de la commission d'appels d'offre de la ville.

Guy Delcourt a donc décidé de porter le fer en justice, en demandant la saisie en référé du livre qui accuse.

"Il faut mettre un terme aux allégations de ce triste bonhomme qu'est Dalongeville. C'est au nom des élus et des fonctionnaires de ma ville mis en cause dans ce livre que nous allons réclamer sa saisie", justifie-t-il.

Les accusations, énoncées dans les pages 111, 112, et 191, portent sur des faits de favoristisme de la ville de Lens, dont auraient bénéficié une imprimerie et une entreprise de BTP du secteur.

 Guy Delcourt invite d'autres élus à lui emboîter le pas.

"J’estime que ceux qui ont été cités dans les 2 tomes devraient, s’ils n’ont rien à se reprocher, engager la même procédure, mais il appartient à chacun de prendre sa décision.
Pour ma part, je me refuse à laisser subsister le moindre doute sur ma probité ou celle des membres de mon équipe municipale, ou des élus lensois siégeant dans des institutions relevant de la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin."

Les éditions Jacob Duvernet très surprises

Informées des intentions de Guy Delcourt, les Editions Jacob-Duvernet qui publient les deux volumes, se sont montrées extrêmement surprises.

" Nous avons justement tenu à ce qu'un journaliste d'investigation, totalement neutre, enquête sur les accusations portées dans le premier Rose Mafia, et fasse toute la lumière sur ces accusations.Tous les éléments obtenus existent, ont été vérifiés, et ont été rendus publics. Avant sa parution, le livre a été minutieusement relu par un avocat. Nous ne voyons absolument pas ce qui pourrait justifier une saisie, mesure extrêmement rare et grave", a commenté Louis De Mareuil, des Editions Jacob-Duvernet.

De toute évidence, Rose Mafia dérange, et pas seulement le maire de Lens.

Dès le mois de mars, la Fédération PS du Pas-de-Calais avait choisi de porter plainte contre le premier volet de l'ouvrage. L'audience, qui devait se tenir ces jours-ci, a finalement été reportée en janvier 2013.

Gérard Dalongeville, en tous cas, espère réitérer le succès de son premier Rose Mafia, vendu à plus de 30 000 exemplaires en quelques mois.

A la surprise générale, et malgré sa mise en examen pour détournement de fonds publics, usage de faux et recel de favoritisme, il vient d'annoncer qu'il se portait candidat  à Hénin-Beaumont pour les élections municipales de 2014.

A lire aussi :

Rose Mafia 2 : un signe politique

Rose Mafia 2 : Dalongeville entre en campagne

Sur le même sujet

Le filmeur à la chasse

Les + Lus