Le PS du Pas-de-Calais dans la tourmente

© F3 NPDC
© F3 NPDC

Commission d'enquête interne, enquête judiciaire, le PS du Pas-de-Calais se retrouve dans le viseur.

Par Emmanuel MAGDELAINE

La plus importante fédération du PS est sous le feu des projecteurs, après un courrier du député de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg, révélé jeudi, évoquant "un système de corruption" d'élus PS du département.
La première secrétaire du PS Martine Aubry a demandé la création d'une commission
d'enquête interne sur cette fédération et le "gel" de l'investiture du maire de Liévin Jean-Pierre Kucheida aux législatives dans la 12e circonscription. Le député sortant est visé par des accusations de financement politique occulte. L'ancien ministre Jack Lang, député sortant, lui aussi mis en cause par M. Montebourg, a décidé d'engager des poursuites judiciaires contre ce dernier.

Le courrier envoyé par Arnaud Montebourg à Martine Aubry

Le parquet de Lille a confirmé vendredi soir qu'une enquête préliminaire avait été ouverte à la suite d'accusations de financement occulte du Parti socialiste dans le Pas-de-Calais.
Interrogé à ce sujet vendredi, M. Kucheida a assuré que "jamais personne" ne l'avait contacté dans le cadre d'une telle enquête.
La cour régionale des comptes avait mis au jour dans plusieurs rapports des "pratiques
problématiques" dans le département avec d'importants "prêts toxiques", de très
nombreuses entorses à la réglementation sur les marchés publics et des opérations
immobilières comportant des écarts importants par rapport aux prix du marché.

Gérard Dalongeville

A l'origine de ces soupçons autour de la fédération, un homme : Gérard Dalongeville. Le parquet de Lille a ouvert au printemps dernier cette enquête préliminaire à la suite de courriers de l'ancien maire PS d'Hénin-Beaumont,mis en examen en avril 2009 pour détournement de fonds publics, faux en écriture et favoritisme dans une affaire de fausses factures. Ce maire révoqué, incarcéré à deux reprises et depuis sous contrôle judiciciaire,
a dénoncé dans ces écrits adressés au juge d'instruction de Béthune (Pas-de-Calais)
un système de financement occulte du PS de ce département - parmi les plus importants
au niveau national - ainsi que des emplois fictifs.


Dans ces courriers (voir photo ci-dessus), il mentionne notamment Jean-Pierre Kucheida (JPK), député-maire de Liévin, par l'intermédiaire de sa gestion à la tête de l'Epinorpa et de l'Epinorpa, sociétés gérant les anciens logements miniers.

Le PS du Pas-de-Calais dans la tourmente (2)

La plus grosse fédération de France

Entre 12 et 14000 adhérents. Des élus implantés depuis des dizaines d'années. Le Pas-de-Calais est un département particulier pour le Parti Socialiste. 12 des 14 députés du département sont socialistes.

Un département populaire, ouvrier, presque "historiquement" socialiste.

Le PS du Pas-de-Calais dans la tourmente (3)

Royal, Aubry, Hollande...

La "fédé du 62" a toujours utilisé son poids pour peser dans les éléctions au sein du parti.

En 2006, 60% des militants avaient voté pour Ségolène Royal au cours de la primaire d'avant-présidentielles 2007. En 2008, la fédération choisit de soutenir Aubry au congrès du parti.

Cette année, de nombreux élus ont fait le choix Hollande. Le candidat PS à la présidentielle n'avait pourtant récolté que 36,9% des voix (contre 43,5% à Aubry). Le soutien affiché de Jean-Pierre Kucheida ou Albert Facon pourrait devenir embarrassant pour le candidat à la présidentielle.

Le PS du Pas-de-Calais dans la tourmente (4)

Reportage sur la visite de François Hollande dans le Pas-de-Calais en septembre 2011

A lire aussi :

La drôle de carte bleue de Jean-Pierre Kucheida

Kucheida, lâché par le PS ?

PS Pas-de-Calais : Martin Aubry réagit

Jack Lang porte plainte contre Arnaud Montebourg

Sur le même sujet

"Les Gens des Hauts" : retour en Thiérache

Près de chez vous

Les + Lus