• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Lille à Milan ce soir : pas le droit à l'erreur !

© AFP
© AFP

Dernier du groupe B, le Losc se trouve ce soir dans l'obligation de s'imposer sur le terrain de l'Inter Milan.

Par Emmanuel Magdelaine / Romain Bonte

video title

video title

Lille à Milan : pas le droit à l'erreur !

Arrivée aujourd'hui des Lillois à Milan pour la suite de leur aventure en Ligue des Champions. Des nordistes qui sont dos au mur après leur défaite contre les italiens lors du match aller. Il vont devoir réaliser l'exploit demain dans un stade de 50 mille places dominé

Pour préserver leurs chances d'atteindre les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, les Lillois viseront les trois points du succès face à une équipe qui avait remporté le premier round dans le Nord (1-0).

Lille à Milan ce soir : pas le droit à l'erreur !

Reportages de Céline ROUSSEAUX et Emmanuel QUINART

Face à l'Inter Milan, Lille est bien conscient de ne pas avoir la faveur des pronostics. "Tout le monde nous voit perdre d'avance mercredi, je n'aurai pas besoin de pousser les joueurs dans leur motivation", a reconnu Rudi Garcia. Mais l'entraîneur lillois sait de quoi son équipe est capable, et il n'est pas certain que les Dogues se présentent à San Siro sans la volonté de démontrer qu'ils avaient bien leur place dans la compétition. Mais la situation en championnat est toutefois plus rassurante pour Lille que pour son adversaire milanais. Actuel troisième de Ligue 1, le club nordiste a raté dimanche à Valenciennes (0-0) l'occasion de rester au contact du leader parisien. Le déplacement en Lombardie devra s'effectuer sans Marko Basa ni probablement Aurélien Chedjou, ce qui ne rassurera pas la défense des Dogues.
Rudi Garcia peut en revanche se rassurer en observant la situation de l'Inter en Serie A. Aux portes de la zone de relégation avec seulement deux victoires (2 nul et 5 défaites) en neuf journées, les Nerazzurri ne sont guère au mieux dans leur championnat. Et la défaite à domicile face à la Juventus Turin (1-2) samedi, n'est pas faite pour donner confiance aux hommes de Claudio Ranieri. Autre élément dont pourrait se servir le tacticien lillois pour galvaniser ses troupes, est le bilan de l'Inter face à des adversaires français à San Siro. Les Italiens ont en effet perdu trois de leurs cinq derniers matches contre des équipes françaises, pour une seule victoire et un nul. Lille qui entend bien conforter cette statistique, regardera avec un oeil très attentif le résultat de l'autre rencontre du groupe B entre Trabzonspor et le CSKA Moscou.



A lire aussi :
Eden Hazard contacté par l'Inter Milan et le AC Milan

Trois questions à Claudio Ranieri

A l'aller, l'Inter était en crise, "prenable", mais a pourtant gagné (1-0). L'Inter est-elle trop forte pour le Lille d'Eden Hazard?
"L'Inter reste une grande équipe, qui traverse un moment particulier de son

histoire. J'ai beaucoup de respect pour Lille, qui ne perdait plus sur son terrain depuis longtemps avant que nous le battions (défaite 1-0 contre Montpellier lors de la 1re journée, ndlr), et a déjà gagné à San Siro (contre l'AC Milan en 2006-2007). Nous restons très vigilants et espérons battre Lille pour faire un pas vers la qualification. Quand à Hazard, je l'ai déjà dit à l'aller : c'est un très bon joueur, point".

L'Inter a quelques incertitudes pour ce match, Wesley Sneijder n'est pas à 100%, Maicon est forfait, comme Julio Cesar... N'est-ce pas trop compliqué?
"Vous ne connaîtrez pas l'équipe (rires), je la déterminerai demain matin (mercredi). Je voudrais que mon dilemme soit de choisir entre tous mes champions, mais là les questions que je me pose c'est: sur qui je peux compter et pour combien de temps. Il y a des difficultés, mais ça me plaît! Je ne cours pas après, mais j'aime la difficulté. Si Pazzini ou Sneijder vont jouer, tout ça, vous le verrez demain soir!"

Tout de même, l'Inter est 17e en championnat d'Italie et ne trouve pas la solution, n'êtes-vous pas inquiet?
"La façon dont l'équipe s'entraîne fait que je ne suis pas inquiet. Je suis entraîneur mais je suis aussi un homme de sport, je vois que mon équipe joue bien, fait le maximum, je ne peux pas être nerveux quand je vois qu'elle travaille avec tant de sérieux. Alors on travaille, c'est seulement comme ça qu'on s'en sort, pas en engueulant les joueurs. Je m'attendais aux difficultés, mais j'étais préparé, et je compte sur toute l'équipe pour m'aider. Qui a marqué marquera, l'effectif a beaucoup de joueurs qui peuvent marquer des buts. C'est vrai qu'on n'a pas de continuité dans les résultats, mais on l'a dans la volonté, le sens du sacrifice. On tient le rythme, et je suis confiant pour l'avenir. Quand ça ne va pas, il faut savoir rester serein".

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus