• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

SeaFrance: dernier espoir de trouver un sauveur

Le tribunal de commerce de Paris vient d'annoncer la liquidation avec poursuite de l'activité jusqu'au 28 janvier.

Par H.TONNEILLIER avec AFP/Reportage C.RAMON, C.BOUDIN

video title

video title

Searéactions des salariés face à l'annonce du surs

Soulagement des 880 salariés de Seafrance qui obtiennent un délais supplémentaire pour trouver un éventuel sauveur...

Les salariés l'ont appris ce midi sur le port de Calais. La nouvelle a été acceuillie par des applaudissements.

La décision d'accorder un laps de temps supplémentaire à la compagnie française semble les satisfaire.

Eric Vercoutre, délégué syndical CFDT n'a pas caché son soulagement, en direct sur France 3, à l'annonce de ce sursis. Le syndicat majoritaire trouve cette décision favorable à la SCOP, dans la mesure, où ce temps leur permettra de chercher les derniers financements pour leur projet.

"C'est un grand soulagement pour tous les marins, avec le sentiment toutefois que nous avons encore plus de responsabilités maintenant sur les bras", a déclaré Didier Cappelle, secrétaire du syndicat CFDT maritime, majoritaire. "Il faut se retrousser les manches, et on va surtout veiller à se rapprocher maintenant des (instances) politiques, de la SNCF, de l'Etat, pour concrétiser le financement, pour nous aider à aboutir à la Scop" (Société coopérative et participative).

Message reçu par le ministre des Transports, Thierry Mariani, qui a déclaré à

l'AFP vouloir rencontrer les responsables de la Scop sous dix jours "pour voir

comment on peut éventuellement travailler ensemble".

Joint pas téléphone, l'armateur Louis Dreyfus associé à DFDS, se laisse le temps pour peut-être faire une autre proposition.

Les deux offres présentées n'ont, en fait, pas convaincu les juges. La SCOP n'ayant pas encore de financement et l'offre de Louis Dreyfus armateur associé à DFDS présenté " un risque de conflit social grave". Par ailleurs, le prix de reprise était jugé trop bas par rapport à la valeur réelle des bateaux. (5 millions d'euros pour les 3 navires).

880 salariés sont employés en CDI par la compagnie et 200 en CDD. Ce plan de restructuration, proposé par la SNCF, prévoit 200 suppressions de postes.

Un troisième repreneur surprise pourrait encore se dévoiler d'ici le 12 décembre, date limite pour faire des propositions au tribunal de commerce.

A lire/à voir aussi :

Jour J pour SeaFrance, compagnie en danger

Seafrance : comment en est-on arrivé là ?

Veillée d'armes à Seafrance : ferries à quai

Sursis pour les salariés de France à Paris

Sur le même sujet

Les plus belles images du Trail des Pyramides noires

Les + Lus