La pénurie de carburant en France, aubaine pour les pompistes belges

Publié le Mis à jour le
Écrit par Avec AFP

Les difficultés d'approvisionnement des stations-service françaises constituent une aubaine pour leurs homologues situées de l'autre côté de la frontière belge, où  les ventes de carburant ont quintuplé.

"Généralement, on n'a pas besoin de réapprovisionner les stations services tous les jours, mais à l'heure actuelle, il y en a qui sont réapprovisionnées trois fois par jour", explique le porte-parole la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants(Brafco) de l'association professionnelle, Olivier Neirynck.

"Depuis vendredi, il y a des files et on ne voit plus que des plaques françaises. Il y a même des personnes qui viennent en Belgique alors
qu'elles habitent à plus de 50 kilomètres de la frontière
", a-t-il ajouté. "Le débit habituel d'une bonne station transfrontalière tourne autour des 10.000 litres de carburants. Et depuis samedi, on est à un débit journalier de 60.000 litres",  a précisé M. Neirynck. "On a quand même été assez surpris que les stations-service des grandes surfaces françaises soient tombées aussi vite à sec", a indiqué le porte-parole, qui évoque un "effet de panique" général.

Pas de risque de pénurie en Belgique

Le porte-parole de la Brafco a par ailleurs estimé qu'il n'y avait aucun risque de pénurie en Belgique. "On a les produits qu'il faut ainsi que la logistique", a-t-il certifié. "Plus ça dure et plus mes revendeurs sont contents", a relevé M. Neirynck, tout en affirmant qu'il ne "souhaite pas que la situation continue pour les Français". 
Une centaine de stations-service se trouvent à proximité de la frontière entre la Belgique et la France ,de la "Botte du Hainaut", dans le sud-ouest de la Belgique, à la Côte belge (nord-ouest), a précisé M. Neirynck. En France, les difficultés d'approvisionnement en carburant persistaient lundi dans certaines stations-service avec de nouveaux blocages d'opposants au projet de loi travail, qui fait l'objet d'une vaste contestation depuis plusieurs semaines.