Cet article date de plus de 5 ans

Le nouvel Espace fabriqué par Renault Douai suspecté de pollution par une ONG allemande

Après Volkswagen, c'est au tour de Renault d'être montré du doigt. Une association allemande de protection de l'environnement a fait des tests indépendants et elle affirme que le nouvel Espace pollue plus qu'annoncé. A l'usine de Douai, direction et salariés contestent ces résultats.
Selon une ONG allemande, le nouvel Espace diesel afficherait un niveau d’émission de particules fines jusqu’à 25 fois supérieur aux normes légales, Renault conteste
Selon une ONG allemande, le nouvel Espace diesel afficherait un niveau d’émission de particules fines jusqu’à 25 fois supérieur aux normes légales, Renault conteste © MaxPPP

Le nouvel Espace de Renault suspecté de pollution par une ONG allemandeDepuis quelques jours, le personnel de l'usine Georges Besse de Douai se pose des questions. C'est ici qu'est fabriqué le nouveau Renault Espace diesel 6 DCI, un nouveau véhicule qu'une O.N.G. allemande mais en cause. Selon cette association, ce modèle de pointe aurait un niveau d'émissions d'oxyde d'azote 13 à 25 fois supérieur aux normes autorisées en Europe. Cette annonce, relayée par la presse allemande, et révélée en France par Le Parisien suscite forcément des réactions chez des salariés du groupe.
"Nous réagissons avec inquiétude, forcément ça interpelle", témoigne David Dubois, secrétaire général CGT de Renault Douai. "Maintenant, si on regarde bien, nous avons été "audités"  avec des normes européennes, ont les a passés. Cet organisme allemand fait des tests qui ne sont pas sur les mêmes critères que nous, forcément on n'obtient pas les mêmes résultats".

Commercialisé depuis le mois d'avril, le nouvel espace diesel de Renault connaît déjà un énorme succès commercial. Le carnet de commandes de l'usine de Douai est plein, et l'activité est à son maximum avec la fabrication en parallèle du Talisman, une berline concurrente directe de celle de Volkswagen.
 

Démenti formel de la direction de Renault

La direction du groupe a clairement contesté les conclusions de l'O.N.G. d'allemande dans un bref communiqué : "Renault rappelle qu'Espace, comme tous ces véhicules commercialisés, respecte les réglementations en vigueur".

D'où l'idée du coup bas, dans un marché automobile très féroce. "Il ne faut pas oublier que c'est un organisme allemand. Il ne faut pas confondre avec l'affaire Volkswagen où là ils ont découvert un logiciel espion. Là, il n'est pas question de logiciels espion, il est juste question de tests. Comment ils ont été réalisés, c'est encore flou", tempère Pascal Pottiez, secrétaire général SUD de Renault Douai.

La pollution par les véhicules constitue un sujet délicat et polémique actuellement. Les 4000 salariés de Renault Douai vont suivre l'évolution de cette affaire avec attention.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société économie renault douai