Cet article date de plus de 6 ans

Les boulettes de fioul retrouvées à Malo-les-Bains proviennent bien du Flinterstar

Selon la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord, les boulettes de fioul découvertes mercredi soir sur la plage de Malo-les-Bains, à Dunkerque, proviennent bien de l'épave du Flinterstar, un cargo néerlandais échoué au large de Zeebruges (Belgique). 
"Les experts chargés des analyses d’identification ont confirmé que ces échantillons proviennent bien du Flinterstar", assure la préfecture maritime dans un communiqué diffusé ce vendredi. Ce cargo néerlandais a fait naufrage le 6 octobre dernier, en Mer du Nord, au large de Zeebruges, après avoir percuté un méthanier. Suite à cet accident, une pollution par hydrocarbures avait été observée par les autorités belges qui avaient dépêché des moyens sur zone afin de procéder au pompage du fioul et des cuves du navire. Cette nappe de 100 à 200 tonnes de fioul semblait initialement se diriger vers les Pays-Bas mais lundi, une inversion des vents l'a fait redescendre vers le sud et les côtes du Nord Pas-de-Calais.  

"Dans la soirée du mercredi 14 octobre, des microboulettes ont été découvertes par des pratiquants de longe-côte vers 19h30 sur la plage de Malo-les-Bains", explique la préfecture maritime. "Ces arrivages ont impacté environ 3 500 m2 et l’on pouvait dénombrer une moyenne de 30 à 40 boulettes de la taille d’une pièce de 2 Euros par m2. Le lendemain, seul un fin liseré de microboulettes était laissé par la marée descendante".

"La situation semble revenir à la normale"

Les autorités se veulent cependant rassurantes. "Concernant l’évolution de la pollution, la situation semble revenir à la normale", affirme le communiqué de la préfecture maritime. "Les autorités belges précisent que les dernières observations aériennes indiquent une forte diminution visible de celle-ci, limitée à 1 kilomètre autour de l’épave. Les Belges poursuivent leurs opérations de pompage et estiment à une douzaine de jours environ le temps nécessaire pour revenir à une situation complètement saine. Bien sûr, ces opérations restent soumises aux conditions météorologiques et à l’état de la mer. Côté français, un passage satellite a eu lieu hier en début de soirée sur toute la partie est de la Manche et en mer du Nord. Aucune pollution n’a été observée dans la zone maritime. Cette constatation a été confirmée, ce matin, par l’hélicoptère Dauphin de la Marine nationale qui n’a décelé aucune trace de pollution au cours de son vol d’observation au large de Dunkerque et le long de la côte, depuis la frontière belge."

La préfecture maritime dit cependant rester "très vigilante à l’évolution de la situation".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société