Les contraintes de sécurité forcent certaines braderies à annuler

La préfecture a donné des instructions aux communes pour sécuriser les grands rassemblements qu'elles organisent. Pour certaines, les mesures de sécurité réclamées sont trop importantes. Elles préfèrent annuler les événements prévus, notamment les brocantes.

Florence Mabille, Dah Magassa, Jean-Marc Vasco
Le 20 juillet dernier, tous les maires du département ont reçu des instructions de la préfecture en cas de grands rassemblements. Il leur est conseillé de privilégier les lieux clos aux espaces ouverts, d'interdire la circulation aux abords du site, de mettre en place des obstacles physiques sur la route ou encore de recruter des agents de sécurité privée.

Cette année, les rues de Ronclincourt n'accueilleront donc pas fin août la traditionnelle brocante, la plus importante de l'arrageois. La mairie a décidé de l'annuler faute de moyens suffisants pour en assurer la sécurité.

"La brocante, c'est plus de 300 exposants, c'est plus de 3 000 personnes qui viennent en une matinée dans le village. Donc c'est une manifestation importante où les mesures de sécurité doivent s'appliquer. Nous ne sommes pas en mesure de les mettre en pratique", explique Jean-Pierre Ledez, adjoint au maire de Roclincourt.

Béthune ou Divion ont aussi annulé leur brocantes pour les mêmes raisons. Il faut dire que les mesures de sécurité demandées par la préfecture sont compliquées à mettre en oeuvre pour la plupart des communes. 

La question de la braderie de Lille

Le maire de Bapaume, Jean-Jacques Cottel, a pourtant maintenu sa brocante le week-end dernier en adaptant le dispositif de sécurité. "Il me parait important de continuer ces manifestations qui sont festives, ou qui permettent en tout cas le rassemblement, qui permettent des échanges, à un moment où on a besoin de se serrer les coudes", détaille-t-il.

Mais la question se pose pour un événement d'une bien plus grande échelle : la braderie de Lille et ses 2 millions et demi de visiteurs attendus. L'événement a lieu dans un peu plus d'un mois. Les réunions se multiplient en préfecture ces derniers jours. On devrait en savoir plus la semaine prochaine.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société