Le LOSC impuissant contre le PSG

© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP

Les Parisiens n'ont même pas eu à se forcer, hier soir.

Par Quentin Vasseur avec AFP

On pensait que le danger viendrait du retour du Brésilien Neymar, mais ce sont encore les Argentins Mauro Icardi et Angel Di Maria qui se sont illustrés vendredi lors du succès du PSG face au LOSC (2-0) en ouverture de la 14e journée de Ligue 1.
 

Les deux compatriotes n'ont pas cessé de combiner durant tout le match et ont grandement mis en difficultés la défense centrale lilloise, pourtant composée de trois joueurs, Tiago Djalo, José Fonte et Gabriel.

 

Le LOSC sans Osimhen ni Bamba


Neymar, qui n'a pas brillé pour son retour après un mois et demi d'absence en raison d'une blessure à une cuisse contractée en sélection brésilienne, a même été sifflé par une partie du public lorsqu'il a été remplacé par le prodige tricolore Kyllian Mbappé à la 64e minute.
 

Tel un renard des surfaces, le "Goleador" Icardi a ouvert le score en reprenant au second poteau un centre d'Idrissa Gueye sur la première occasion parisienne (17e).
 

Puis "El Fideo", bien lancé par Julian Draxler, a doublé la mise peu après la demi-heure de jeu en battant Mike Maignan d'une frappe enroulée du gauche (31e).

Difficile pour les Dogues d'exister, alors qu'ils étaient privés de leur buteur phare cette saison Victor Osimhen, suspendu, et que Jonathan Bamba était absent pour cause de fièvre. Le score n'a en tout cas rien fait pour améliorer les statistiques du LOSC, incapable de gagner un match en extérieur depuis le début de la saison.
 

Les réactions

Christophe Galtier : "Je ne crois pas qu'il y ait un blocage (face aux grosses équipes). Il faut être plus efficace sur le plan offensif. Les regrets qu'on doit avoir? On a gagné des ballons dans des zones importantes mais, derrière, ces prises de décision, parfois absentes sur le dribble et le tir, cette dernière passe pas dans le bon tempo alors que ça peut être des situations très favorables... On a un manque d'efficacité qui nous fait énormément défaut en ce moment. Regrets, le mot est trop fort. S'il semblait que l'on pouvait faire quelque chose, on ne l'a pas fait. A partir du moment où Paris a mené au score, ils ont joué dans un certain confort. On ne les a pas assez sortis de leur zone de confort. Il nous a manqué de prise d'initiative dans les derniers mètres, de profondeur, de l'explosivité. C'est une période difficile en termes de points, mais il faut continuer à travailler, à persévérer." 

Benjamin André (milieu du LOSC) : "On ne les a pas vraiment mis en danger même si on avait quelques frappes, quelques situations. On n'a pas eu de grosses occasions. Je pense que c'est surtout sur nos pertes de balles qu'ils nous ont fait mal. Ils sont allés très vite, ils ont bien pris les espaces que l'on avait laissés, ils nous ont fait mal au bon moment. La saison est encore longue, mais on n'était pas venu là pour faire un match comme ça, c'est sûr, on voulait mettre plus d'agressivité, on voulait plus les faire douter et on ne l'a pas du tout fait ce soir."

Sur le même sujet

Les + Lus