LOSC : la Coupe de la Ligue comme bouée de sauvetage ?

"Le groupe ne vit pas bien": Frédéric Antonetti, coach de Lille, cible le vestiaire à la veille d'une demi-finale de Coupe de la Ligue contre Bordeaux mardi (21h00), alors que le club est en pleine tourmente. (VIDÉO)

Les Lillois dépités avec la gifle reçue par Troyes samedi soir à domicile.
Les Lillois dépités avec la gifle reçue par Troyes samedi soir à domicile. © MAXPPP
L'élimination contre les amateurs de Trélissac en Coupe de France a précédé le naufrage à domicile contre Troyes en L1. Et les Dogues, qui ont également perdu en championnat sur le terrain des Girondins il y a dix jours, se sont rapprochés dangereusement de la zone de relégation.

Pour le technicien corse appelé à la rescousse après le limogeage d'Hervé Renard, le diagnostic est simple : "Je n'ai pas peur de le dire. Chacun veut tirer le meilleur pour être mieux noté. Il n'y a pas de rivalités mais chacun est un peu égoïste. Il n'y a pas de groupe". Une analyse que ne partage pas le milieu Florent Balmont, l'un des cadres, même s'il laisse entrevoir certains frottements dans le vestiaire : "Pour moi le groupe vit bien même si parfois il y a des étincelles. Certes on ne va pas aller manger tous les jours ensemble comme ça a pu être le cas avant car il y a une différence de génération. Mais il y a du respect." Le milieu de terrain en a également profité pour égratigner ses dirigeants. "Quand ça va mal, les responsabilités sont partagées, il n'y a pas que les joueurs et l'entraîneur, le club aussi à sa part."

Avec trois points d'avance sur Montpellier, le 18e, les Nordistes n'ont en tout cas pas de marge, d'autant que leur calendrier pour les semaines à venir s'annonce ardu : Marseille, Caen, Rennes, Paris SG, Lyon. "On joue le maintien, même si la situation s'était améliorée. En huit jours les choses se sont gâtées. Il y a beaucoup de problèmes à régler dans le jeu. Des fois il y a des gestes superflus, on ne joue pas assez simple" a encore estimé Antonetti.

losc ligue


"On n'est pas efficace" 

La réception de Bordeaux s'annonce donc capitale et pourrait conditionner la suite de la saison du club lillois. "C'est un moment difficile pour le Losc donc il faut se réfugier dans le travail. On est dans une période charnière et là on est en train de la gâcher, a déploré l'ex-coach de Rennes. Il faut se remobiliser. Aller en finale ça peut créer une dynamique."

Pour cela, les Lillois vont devoir oublier l'échec traumatisant face à Troyes, qui n'avait pas gagné en championnat jusque-là et qui l'a emporté (3-1) après avoir mis trois buts dans le dernier quart d'heure. 

Pour espérer battre les Girondins et gagner le droit d'aller au Stade de France, le LOSC va devoir se montrer solidaire mais surtout retrouver un réalisme qui lui a tant fait défaut samedi et plus généralement depuis deux saisons. "On n'est pas efficace, mais ce n'est pas la faute d'un seul joueur, a souligné
Antonetti. Je n'ai pas d'autre remède que le travail. Il faut être sérieux à l'entraînement, corriger les erreurs et répéter les efforts
."

Enfin, le technicien corse a exhorté ses joueurs à se lâcher pour ne pas avoir de regrets. "L'obsession c'est d'assurer le maintien le plus vite possible mais on est en demi-finale, alors régalons-nous, faisons-nous plaisir !"
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
losc football sport coupe de la ligue