Malgré un surcoût important lié au renforcement de la sécurité, le meeting aérien de Merville se tiendra bien le dimanche 18 septembre. 20 000 visiteurs sont attendus. Certains élus de la communauté de communes Flandres-Lys déplorent le maintien de l'événement.

La décision a été difficile à prendre. La CCFL (communauté de communes Flandre-Lys) et l’Aéro-club de la Lys et de l’Artois ont finalement opté pour le maintien meeting aérien de Merville. La sous-préfecture adonné son accord.
Les 20 000 spectateurs attendus pourront donc bien admirer les parades aériennes de l'Equipe de voltige de l'armée de l'Air et autres circonvolutions de la Patrouille de France.

Un surcoût de 40 000 euros pour les mesurs de sécurité 

Mais la tenue du meeting a un coût : 130 000 € au lieu des 90 000 € prévus, du fait d'un dispositif de sécurité renforcé pour réduire les risques d'attentat. Les finances de l’Aéro-club risquent d'en prendre un coup, comme celle de la CCFL, qui va en assumer une partie. En espérant que les recettes soient au rendez-vous. 
Ce dont doutent certains élus de la communauté de communes, sceptiques sur le maintien de l'événement. "C’est un surcoût exagéré", s'est indigné dans les colonnes de la Voix du Nord Philippe Mahieu, le maire de La Gorgue qui aurait préféré annuler.
"Je suis réservé, on attend 20 000 personnes avec beaucoup d’entrées et sorties", abonde Jacques Hurlus, maire de Lestrem, directement concerné, la base Éolys étant située sur les communes de Merville et Lestrem. "Il y a beaucoup d’enjeux : la sécurité avec l’état d’urgence, la sécurité routière et un gros enjeu financier pour l’aéro-club (...) Je crains que pour ne pas payer le parking (d’un montant de 10 €), les gens se garent n’importe où".

"On doit rester debout et regarder devant"

Une crainte balayée par l'organisateur, qui mise aussi sur les tentes VIP réservées aux entreprises pour augmenter les recettes.
Quant au maire de Merville, Joël Duyck, il n'a tout simpement pas envisagé l'annulation, et insiste sur le dispositif de sécurité encore plus drastique que dans d'autres meetings  : "Le risque zéro n’existe pas. Nous avons des populations qui ne partent pas en vacances et pourront voir un très beau spectacle".
 Et Jean-Philippe Boonaert, le maire de Laventie de compléter : "On doit rester debout et regarder devant".
D'autres manifestations finalement maintenues
- dimanche 4 septembre : la Fête du parc naturel régional des caps et marais d’Opale se tiendra dans le parc de l’hôtel de ville de Blendecques.

- dimanche 11 septembre : la fête des Berlouffes à Wattrelos aura bien lieu. Avec un périmètre resseré et un dispositif  de sécurité renforcé, qui implique des contraintes pour les riverains et les exposants.

- samedi 10 et dimanche 11 septembre : La Fête de la Nature et de la Flandre est confirmée à Coukerque-Branche.