Douai : le personnel de deux crèches en grève épuisé par ses conditions de travail

Publié le
Écrit par Yves Asernal
Jeudi matin, dans la cour de la mairie, une trentaine d’agents, tous travaillant dans deux des crèches douaisiennes, ont manifesté leur mécontentement.
Jeudi matin, dans la cour de la mairie, une trentaine d’agents, tous travaillant dans deux des crèches douaisiennes, ont manifesté leur mécontentement. © Syndicat FSU Territoriale SNUTER 59

Des salariés en burn-out, un manque de personnel récurrent, des locaux vétustes, les agents de deux des crèches de Douai ont décidé de débrayer hier. Le maire s’est engagé à s’immerger dans leurs services pour mieux comprendre leur quotidien.

"On a de plus en plus de salariés en arrêt pour cause de burn-out ou de lombalgies liés au stress", explique une auxiliaire de vie d’une des deux crèches de Douai qui a débrayé hier, une spécialiste de la petite enfance qui préfère rester anonyme. "On adore notre métier, on le fait primer sur notre vie privée", ajoute-t-elle. "Mais là, on est épuisé, épuisé, épuisé…".

Jeudi matin, dans la cour de la mairie, une trentaine d’agents, tous travaillant dans deux des crèches douaisiennes, ont manifesté leur mécontentement. "Ça fait déjà un long moment qu’ils alertent leurs supérieurs sur leurs problèmes de personnel", accuse Claudine Auguste, responsable SNUTER-FSU territoriale à Douai. Éducatrices et auxiliaires de vie sont à bout, ajoute-t-elle, "d’abord parce qu’il manque plus de deux équivalents temps plein dans chacune de ces deux crèches. Ensuite, parce que l’entretien des crèches n’est pas effectué : il y a des fenêtres qui tiennent avec du collant adhésif, des plafonds démontés qui ne sont toujours pas remis en état. On attend les réparations".

Interpelé durant la manifestation qui s’est tenue sous ses fenêtres, le maire de Douai a donné son accord à la demande des salariés, pour venir voir travailler ces équipes en immersion. "J’y resterai plusieurs heures", s’engage Frédéric Chéreau, pour comprendre, de l’intérieur, comment ça fonctionne. 

Sur la question des effectifs, le premier édile annonce des remplacements sur des durées plus longues pour limiter le turn-over. Mais pointe aussi la responsabilité des règles en vigueur dans les crèches mises en place par le département et la CAF. "Le taux d’encadrement est fixé par nos financeurs", explique Frédéric Chéreau, "j’ai alerté mon personnel là-dessus. J’ai bien compris qu’elles ne se sentaient pas assez nombreuses pour ce travail, mais ceux qui nous financent ne nous facilitent pas la tâche. Si nous dépassons ce taux d’encadrement, ils ne nous financeront plus".

Le maire s’engage par ailleurs à rattraper le temps perdu avec le Covid sur les travaux de maintenance des locaux.

Prochaine réunion de travail entre mairie et personnel des crèches mardi.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.