Dunkerque : un projet de captage-stockage de CO2 bientôt lancé pour lutter contre le réchauffement climatique

Publié le Mis à jour le
Écrit par MD avec AFP
Le procédé doit permettre de capter et de stocker le CO2 issu de l'industrie.
Le procédé doit permettre de capter et de stocker le CO2 issu de l'industrie. © Denis CHARLET / AFP

Un projet permettant de limiter les rejets de CO2, notamment de la part des industries, et ainsi de lutter contre le réchauffement climatique va bientôt voir le jour à Dunkerque. Sur le site ArcelorMittal, un tel dispositif pourrait permettre d'en capter plus d’un million de tonnes par an.

Capter et stocker le CO2 pour limiter la pollution industrielle : c'est l'ambition du projet "3D", lancé mardi 28 mai par onze acteurs européens à Dunkerque. Avec un budget de 19,3 millions d’euros sur quatre ans, il est coordonné par l'institut IFP Energies nouvelles (IFPEN) et regroupe dix autres acteurs, dont les groupes ArcelorMittal, Axens et Total.

Ce projet de présentation "a l'ambition de valider des solutions techniques réplicables et de permettre le déploiement industriel de la technologie du captage-stockage à travers le monde", expliquent les acteurs français dans un communiqué commun. En clair, l'idée est de limiter les rejets dans l'atmosphère de CO2, qui contribue au réchauffement climatique, notamment de la part d'industries fortement émettrices comme la sidérurgie, très présentes sur le littoral du Nord.
 
Le projet doit se traduire par un pilote, conçu par Axens, construit sur le site sidérurgique ArcelorMittal de Dunkerque. Il doit être capable, dès 2021, de capter 0,5 tonne par heure de CO2 issu du gaz sidérurgique. En utilisant, en complément, la chaleur produite sur ce site industriel, le coût du captage reviendra à moins de 30 euros par tonne de CO2. C'est deux fois moins que les procédés existants.

 

Un million de tonnes de CO2 captées en un an


Il doit aussi préparer une deuxième étape : la mise en place d'une première unité industrielle sur le site ArcelorMittal de Dunkerque, "qui pourrait être opérationnelle à partir de 2025" et capter plus de 125 tonnes de CO2 par heure, soit plus d’un million de tonnes de CO2 par an.
 
Ce projet s'inscrit dans le futur pôle européen de captage-stockage de CO2 de Dunkerque-Mer du Nord. Il pourrait capter, conditionner, transporter et stocker 10 millions de tonnes de CO2 par an et verrait le jour à horizon 2035. "3D" devrait permettre aux industries fortement consommatrices d’énergie et émettrices de CO2, telles que la sidérurgie, de réduire leurs émissions, annoncent les acteurs.

De tels procédés existent déjà, mais l'enjeu est d'augmenter les performances énergétiques de cette étape pour rendre le procédé compétitif, peut-on lire dans le communiqué commun. "Des pilotes industriels, comme celui de Dunkerque, sont indispensables pour permettre le développement d’une industrie low carbon", souligne Marie-Noelle Semeria, directrice R&D Groupe de Total.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.