• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Condé-sur-l'Escaut : un Nordiste contraint d'inhumer lui-même son propre père

Richard Bruyère a poursuivi en justice la société de pompes funèbres. / © Capture d'écran France 3
Richard Bruyère a poursuivi en justice la société de pompes funèbres. / © Capture d'écran France 3

À Condé-sur-l'Escaut, Richard Bruyère, 40 ans, a été contraint d'inhumer lui-même le cercueil de son père, faute de porteurs et de maître de cérémonie. Il a décidé de poursuivre en justice le leader français des pompes funèbres, la société PFG.

Par Manon Pélissier et Didier Pithon

L'enterrement de son père, Richard Bruyère n'est pas prêt de l'oublier. Et pour cause : il a dû inhumer lui-même le cercueil de son propre père, aidé de ses 2 frères, décédé le 3 août. Les employés des pompes funèbres chargés de l'inhumation ne sont jamais venus, comme l'explique France Bleu Nord.

"Il fallait prendre une décision rapide et sûre. Vu que je suis l'aîné, j'ai décidé de prendre papa et de faire le nécessaire", témoigne Richard Bruyère, âgé de 40 ans, habitant de Douchy-les-Mines.
 
Condé-sur-l'Escaut : un Nordiste contraint d'inhumer lui-même son propre père
Reportage de Didier Pithon et d'Agathe Tournoux


3 porteurs et un maître de cérémonie absents


Une expérience traumatisante pour toute la famille alors que le contrat souscrit en 2017 avec les pompes funèbres générales (PFG), leader français des pompes funèbres, mentionne bien la présence de 3 porteurs.

"Il était bien stipulé dans le contrat '3 porteurs au convoi'. Donc nous on s'attendait à retrouver ici les trois porteurs et un maître de cérémonie. Il n'y avait personne", explique Richard.
 

Les pompes funèbres poursuivis en justice


Jointe par téléphone, l'entreprise de pompes funèbres rejette la responsabilité à une société de sous-traitance : "C'est le prestataire qui est en tiers dans le contrat qui est responsable de cette défaillance de prestation", indique Camille Soustra, directrice de la communication de la PFG.

Une prestation bâclée, c'est bien ce que dénonce l'avocat de la famille, Maître Stéphane Dominguez. Selon lui, le contrat n'a pas été respecté : "Vous avez une entreprise de pompes funèbres dont la mauvaise foi n'a visiblement aucune limite. Parce que vous avez un bon de commande très clairement signé par l'entreprise, qui prévoit encore plus clairement que le transport du corps sera fait par le personnel des pompes funèbres de l'église jusqu'au cimetière et du cimetière jusqu'au caveau."

La famille a décidé de porter l'affaire en justice, afin d'obtenir la reconnaissance de la responsabilité de l'entreprise de pompes funèbres, mais aussi pour qu'une telle mésaventure ne se reproduise plus.

 

Sur le même sujet

Enquêtes de région : “Notre cher patrimoine”

Les + Lus