Gravelines : 3 questions sur la distribution de pastilles d'iode dans un rayon de 20 km autour de la centrale nucléaire

Les personnes résidant dans un périmètre de 20km autour de la centrale nucléaire de Gravelines vont recevoir ces prochains jours des courriers de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans le cadre d'une campagne complémentaire de distribution de comprimés d'iode. 

La centrale nucléaire de Gravelines et ses six réacteurs.
La centrale nucléaire de Gravelines et ses six réacteurs. © MAXPPP
Les courriers d'information pour les riverains et les établissements recevant du public (ERP) contiennent un bon de retrait pour des comprimés d'iode à présenter en pharmacie, ainsi qu'une brochure d'information sur les réflexes pour bien réagir en cas d'accident nucléaire, a indiqué l'ASN. Cette campagne vient en complément de la distribution d'iode, effectuée en janvier 2016, entre 0 et 10 km autour des centrales.
 

Les 19 centrales exploitées en France par EDF, comme celle de Gravelines (la seconde plus puissante d'Europe avec 6 réacteurs), disposent en effet chacune d'un Plan particulier d'intervention (PPI) qui détermine les actions de protection et les moyens de secours en cas d'accident. Or, leur rayon a été étendu à 20 km autour des centrales, contre 10 km auparavant depuis 2016.
   
Le Plan particulier d'intervention (PPI) de la centrale nucléaire de Gravelines étendu à 20km.
Le Plan particulier d'intervention (PPI) de la centrale nucléaire de Gravelines étendu à 20km. © FRANCE 3

Autour de Gravelines, 58 communes sont désormais concernés contre 14 auparavant, soit un total de 340 000 habitants.

 

► Pourquoi élargir le périmètre ?


"Ce sont les enseignements de la catastrophe de Fukushima de 2011 qui ont fait que nous avons agrandi le rayon", explique Éric Étienne, sous-préfet de Dunkerque. "Il y a eu une circulaire de 2016 qui passe de 10 à 20km la protection des populations. Comme on dit habituellement, le pire n'est jamais certain mais le meilleur se prépare, donc il faut que les gens soient protégés. Il y a des risques potentiels, pas de certitudes de difficultés particulières. Mais un risque se prépare.  

 
Centrale de Gravelines : 3 questions autour de la distribution de pastilles d'iode

 

► Pourquoi donner des pastilles d'iode ?


"Nous avons la thyroïde qui est une glande qui va synthétiser les hormones thyroïdiennes et pour fonctionner, elle va avoir besoin d'iode", résume Ludovic Touzet, pharmacien à Watten (Nord), qui a reçu 200 boîts mercredi matin. "On va donc la surcharger d'iodure de potassium, ainsi elle n'utilisera pas l'iode radioactive libérée en cas de fuite dans la centrale nucléaire."

   

► Soulagement ou inquiétude pour les communes concernées ?


"Rassuré et pas inquiet", répond Daniel Deschodt, maire sans étiquette de Watten, d'où l'on peut apercevoir au loin la centrale nucléaire de Gravelines. Dans cette commune,  1200 foyers ont reçu la lettre d'information. "Moi j'ai confiance en la technologie française", poursuit l'édile. "La centrale nucléaire, on l'a depuis des années, elle engendre aussi du travail et il n'y jamais eu d'incident majeur."

A Watten, le maire est d'autant plus soulagé qu'il avait demandé à l'Etat d'élargir de 2 kilomètres le rayon de protection, l'école maternelle se trouvant à l'extérieur de la commune.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société sécurité