Gestion dynamique, création d'un demi-échangeur ... la MEL vote des mesures pour lutter contre les bouchons sur l'A1

Partant du constat que l'autoroute A1 et notamment le secteur Templemars-Seclin-Vendeville sont fréquemment saturés, la Métropole européenne de Lille a décidé de voter la mise en place d'un plan d'actions pour décongestionner le secteur, ce vendredi 13 décembre.

 

Pour lutter contre les bouchons, la Métropole européenne de Lille a voté la mise en oeuvre d'un plan d'actions.
Pour lutter contre les bouchons, la Métropole européenne de Lille a voté la mise en oeuvre d'un plan d'actions. © FREDERIK GILTAY - FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
La Métropole européenne de Lille comptabilise cinq millions de déplacements par jour, tous modes de transports confondus. Un nombre qui n'épargne pas les axes routiers du sud de la métropole : l'autoroute A1 et plus particulièrement le secteur Templemars-Seclin-Vendeville sont fréquemment saturés. Pour essayer de lutter contre ce phénomène, les élus métropolitains ont élaboré et voté un plan d'actions ce vendredi 13 décembre. 
 

Cinq points de modification 

 


Des mesures diversement accueillies


Le demi-échangeur de Templemars ne fait pourtant pas l'unanimité. Pour Julien Dubois, conseiller métropolitain Europe Ecologie - Les Verts (EELV), "cette infrastructure routière contribuera à l'étalement urbain et à un modèle de développement économique que nous ne soutenons pas. Nous ne voyons pas dans le projet proposé une prise de conscience écologique qui permette enfin de lutter contre la dépendance des habitants de la Métropole à la voiture et de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre."
 

Selon lui, ce Plan d'actions met en avant "un mode de déplacement climaticide", qui coûte des "millions d'euros". "Tout cela n'a aucune logique alors que nous venons d'adopter un budget intégrant une première application du budget climatique sur la politique de voirie". 

Au contraire, pour Daniel Janssens, vice-président en charge de la voirie et de la qualité des espaces publics à la MEL, "ce projet permettra aux métropolitains d'accéder à un plus grand confort de vie, avec une gestion dynamique des grands axes et des terres agricoles préservées."

Le communiqué de la MEL indiquant qu'une attention particulière sera portée à "la gestion efficace des eaux de ruissellement et de la ressource en eau", à "une limitation de l'étalement urbain" et à "une préservation des terres agricoles et des champs captants". 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trafic routier transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter