Ilévia : un collectif d'usagers demande l'annulation de la hausse des prix

Ce jeudi 1er août, les tarifs des abonnements mensuels d'Ilévia augmentent. Une annonce difficile à digérer, 6 mois après le nouveau plan bus tant décrié. Un collectif d'usagers a lancé une pétition pour faire annuler la hausse des prix et exiger la gratuité des transports lors de pics de pollution.
L'abonnement mensuel augmente de 50 centimes à 1 euro cette année.
L'abonnement mensuel augmente de 50 centimes à 1 euro cette année. © FREDERIK GILTAY
Les tarifs des abonnements d'Ilévia augmentent, ce jeudi 1er août. Pour les 4-25 ans et les plus de 65 ans, la hausse est de 50 centimes d'euros. Pour les 26-64 ans, elle est d'1€, soit 12€de plus par an. Le prix du ticket unitaire de 1,65€ reste inchangé. 

La compagnie de transports Ilévia justifie cette hausse en raison de l'inflation, selon La Voix du Nord : "À compter du 1er août 2019, le réseau Ilévia connaîtra une évolution de sa tarification. Inscrite au cahier des charges de la nouvelle concession de service public des transports urbains, celle-ci répond à l’inflation".
 

"La coupe est pleine"


Pour le collectif des usagers de transports de la MEL, cette annonce est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. "Entre le nouveau plan bus, les travaux sur les lignes de tram, les tickets pollution qui ne fonctionnent pas... Et en plus, cette hausse. La coupe est pleine", déplore Katy Vuylsteker, l'une des porte-paroles du collectif. En 2018, les tarifs avaient déjà augmenté de 3%.
 
Pour couronner le tout, la hausse est annoncée en plein cœur de l'été. Difficile donc de mobiliser les usagers en cette période. Une manière de faire passer la nouvelle, ni vu ni connu, selon le collectif. C'est pourquoi les membres ont lancé une pétition afin d'exiger l'annulation de cette hausse des prix, qu'ils estiment "injustes". En filigrane, l'enjeu environnemental. 2315 personnes l'ont actuellement signé.

De plus, une nouvelle augmentation des prix est déjà prévue pour 2022, avec un ticket unitaire à 1,80€.
  

La gratuité des transports en commun, au nom de l'écologie


Katy Vuylsteker souligne notamment l'incohérence de cette politique tarifaire lors des pics de pollution : "La mairie de Lille a voté pour restreindre la circulation en centre-ville à 30 km/h et à côté de ça, on rend les transports en commun de moins en moins accessibles. On marche sur la tête", dénonce-t-elle.
 
Alors que Paris rend gratuit tous les transports en commun pendant les pics de pollution et que Dunkerque expérimente la gratuité à 100% des transports en commun, Ilévia ne semble pas prendre en considération l'enjeu écologique de la gratuité.

"Il est scandaleux de ne pas rendre gratuit les transports en commun pour faire face à la pollution de l'air et au réchauffement climatique. La gratuité est une des solutions pour que les gens abandonnent leur voiture", explique la porte-parole.
 
"Le prochain gros combat" du collectif est de convaincre Ilévia d'instaurer la gratuité des transports pendant les pics de pollution. Et in fine, de rendre tous les transports en commun gratuit.
 
Le collectif, qui compte plus de 50 membres actifs, a déjà eu l'occasion de faire ses preuves et de convaincre la collectivité. Il a notamment permis de mettre en place, selon Katy Vuylsteker, l'expérimentation de l'arrêt à la demande dans les bus, les soirs à partir de 22h, uniquement sur la ligne 10 pour l'instant. En septembre, d'autres lignes de bus devraient l'expérimenter. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports société