Neuville-en-Ferrain : les syndicats de Pimkie inquiets de l'externalisation de 90 postes vers une société de Wattrelos

© DENIS CHARLET / AFP
© DENIS CHARLET / AFP

Ils dénoncent une "vente" de ces salariés à l'entreprise Grimonprez.

Par AFP

Des syndicats de Pimkie ont fait part mercredi de leur inquiétude à la suite de l'annonce d'un projet d'externalisation de 90 postes en 2020, dans un contexte social difficile pour la chaîne de prêt-à-porter féminin.

 

Des salariés "vendus" à Grimonprez ?


Mardi, la direction a annoncé lors d'un comité social et économique (CSE) le transfert, courant 2020, des 90 postes du site logistique de Neuville-en-Ferrain, dans la métropole lilloise, vers la société Grimonprez, située à Wattrelos, à une dizaine de kilomètres de là.

"Ce n'était pas du tout prévu, les salariés sont dépités", a déclaré Valérie Pringuez, déléguée CGT, qui dénonce "une liquidation de la logistique". "Les salariés sont purement et simplement vendus à Grimonprez", a-t-elle déploré.

 

Des craintes de "conséquences sociales"


"Ils ne seront plus salariés de Pimkie, ce qui change beaucoup de choses pour eux (...) Même s'ils gardent leur rémunération, il y aura des conséquences sociales, comme la perte des avantages de négociation, les tickets-restaurant ou l'acompte 13e mois", a-t-elle prévenu.

Pour Marie-Annick Merceur, déléguée CFDT, "la crainte concerne aussi le devenir des 40 personnes en restriction médicale (dont le poste est aménagé, NDLR). Arriveront-elles à trouver leur place chez ce nouveau prestataire ?"

 

"Une stratégie de recentrage" pour la direction


La direction a notamment justifié ce choix par "une stratégie de recentrage" et l'aspect "vieillissant du site de Neuville en Ferrain, qui n'est plus adapté", assurant que les salariés garderont leur rémunération et leur ancienneté.
  
"Il y a une grosse vigilance sur la protection de l'emploi et que les conditions de reprise soient à minima équivalentes, avec les mêmes avantages", a déclaré une porte-parole.

Cette annonce intervient alors que Pimkie, qui appartient à la galaxie Mulliez, fait déjà l'objet depuis 2018 d'un plan de départ volontaires qui concerne 291 salariés sur 1900.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus