Cet article date de plus de 4 ans

Saint-André : un camp de Roms évacué

Le camp de Roms de la rue Constantine à Saint-André a été démantelé ce jeudi matin.
Le camp de Roms démantelé ce jeudi.
Le camp de Roms démantelé ce jeudi. © France 3
Ce jeudi, le camp de Roms de la rue Constantine à Saint-André (près de Lille) a été démantelé par les forces de l’ordre. Une soixantaine de personnes y vivaient. dans l'après-midi, il ne restait que quelques traces de ce bidonville, comme le montrent les images ci-dessous. 
durée de la vidéo: 00 min 26
Démantèlement d'un camp de Roms à Saint-André ©France 3
"L'opération s'est déroulée dans le calme. Une vingtaine de caravanes a été évacuée, conformément à l'ordonnance d'expulsion accordée par le TGI de Lille à la demande de la Métropole européenne de Lille (MEL), propriétaire du terrain", a indiqué la préfecture du Nord, pour qui l'évacuation "permet de mettre fin aux conditions de vie insalubres sur ce terrain". "Des solutions de mise à l'abri ont été proposées à toutes les personnes présentes sur le campement" et "la majorité des occupants", a fait l'objet "d'une obligation de quitter le territoire national dans le délai de 30 jours conformément à la loi".

Cette évacuation a provoqué la colère des associations de soutien aux Roms : "Je ne cautionne pas les agressions, mais la peine est discriminatoire. On n’expulse pas de son domicile la famille d’un enfant français qui a commis un vol », explique à 20 Minutes Dominique Plancke, membre du collectif de soutien aux Roms. Si la préfecture n'établit aucun lien entre l'évacuation du camp de Saint-André et ces agressions, pour Dominique Plancke, coordinateur des collectifs de soutien aux Roms dans le Nord et le Pas-de-Calais, le lien est "plus qu'évident".

Il y a quelques jours, une joggeuse affirme avoir été sexuellement agressée par des jeunes Roms près du canal de la Deûle. Deux enfants roms âgés de 12 et 13 ans ont été interpellés pour ces faits. D'autres agressions ont également été signalées dans le secteur.

La joggeuse a tenu à alerter d'autres riverains ou joggeurs via sur Facebook. Une manifestation de soutien a rassemblé 400 personnes à la Citadelle de Lille ce dimanche. La polémique a enflé notamment via les réseaux sociaux et les villes de Lille et Saint-André ont demandé officiellement dans un communiqué l’évacuation du camp. Evacuation qui avait déjà été envisagée mais non exécutée faute de solution de relogement.
Olivier Henno, le maire de Saint-André a salué la décision du Préfet dans La Voix du Nord : « On avait franchi le seuil de l’obligation d’agir, il fallait faire évacuer ce terrain, ce n’était plus supportable. À partir du moment où les gens ne peuvent plus faire leur jogging normalement... On est dans un état de droit. Les gens du voyage avaient exprimé leur exaspération, leur terreur. Et il y a des tonnes de détritus, c’est spectaculaire. Il y a une présence massive de rats. »



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
roms société