• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Contre les violences faites aux femmes, des manifestations pour faire entendre les victimes

Opération de sensibilisation #NousToutes à Paris, en septembre 2018 / © IP3 PRESS/MAXPPP
Opération de sensibilisation #NousToutes à Paris, en septembre 2018 / © IP3 PRESS/MAXPPP

A l'occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, des manifestations sont prévues dans toutes les grandes villes de France. A Lille, Valenciennes ou Béthune, des cortèges défileront dès 14h ce samedi.

Par Noémie Leclercq

La date a été fixée il y a 19 ans par l'ONU : le 25 novembre de chaque année sera la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Gouvernements, organisations internationales et autres associations sont invitées à sensibiliser le public sur la question en cette journée dédiée. 

Cette année, c'est l'association #NousToutes qui est à l'origine des manifestations. A Lille, plus de 300 personnes sont attendues lors du rassemblement devant l'Opéra à 14 heures. "Nous avons bon espoir que ce chiffre soit largement dépassé, raconte Kathy Vuylsteker, organisatrice du mouvement lillois et membre du collectif Nous Toutes 59. Lors de nos dernières missions de tractage et d'affichage, beaucoup de personnes nous ont fait part de leur venue." Un an après #MeToo, la militante féministe salue la libération de la parole des femmes, mais rappelle qu'en France, une femme sur deux est victime, au moins une fois dans sa vie, de violences sexistes ou sexuelles (harcèlement, traitement différencié du fait de leur genre, violences physiques ou verbales, atteinte sexuelle, viol). 
 


Un espace en non-mixité pour les victimes


"C'est un sujet de société qui concerne tout le monde... même les gilets jaunes!", soutient K. Vuylsteker. Si des craintes ont été émises quant à des perturbations de la manifestation du fait du mouvement social, Nous Toutes 59 est plutôt optimiste : "Il semblerait qu'à Lille, les gilets jaunes se rassemblent en périphérie, rassure la militante. La préfecture et les forces de l'ordre mettent tout en oeuvre pour que nos manifestants soient en sécurité." Et l'association en appelle aux premiers concernés : "Pour la journée, nous demandons aux gilets jaunes de les retirer et de se vêtir de violet [ndlr : la couleur officielle du mouvement]. C'est une lutte que tout le monde doit porter.

L'organisation rappelle l'importance de respecter ce temps de parole et de faire du cortège un espace sûr. "Il y aura beaucoup de femmes ayant été victimes et qui craignent de se retrouver en danger dans ce genre de manifestations, rapporte K. Vuysteker. Un espace en non-mixité sera mis en place pour permettre aux femmes qui ont connu des épisodes traumatiques d'être sereines." Par ce geste, l'association souhaite permettre à toutes les femmes de défiler pour se faire entendre. "Ce qui ne signifie pas que nous sommes pour la ségrégation, mais nous avons le devoir de protéger les victimes."

Des défilés sont organisés à Lille, Valenciennes, Béthune, et dans d'autres communes des Hauts-de-France. La liste complète est à retrouver sur le site de Nous Toutes


 

Sur le même sujet

Lens-Grenoble : les occasions ratées

Les + Lus