La fronde des livreurs à vélo s'organise à Lille avec l'application "FeedMi"

Des grilles tarifaires en baisse, tout comme leurs commissions : chez les livreurs à vélo, la grogne monte. A Lille, une application a été créée pour mener une contre-attaque. 

Une plateforme de livraison de repas lilloise tente de proposer un modèle plus respectueux des livreurs à vélo.
Une plateforme de livraison de repas lilloise tente de proposer un modèle plus respectueux des livreurs à vélo. © France 3 Nord Pas-de-Calais
Août 2019, l'Anglais Deliveroo supprime le tarif minimum. Septembre 2019 : l'Américain Uber Eats baisse les commissions des livreurs à vélos. En réaction, une résistance s'organise chez les livreurs à vélo. 
 
FeedMi, application de livraison de repas lilloise plus respectueuse ? ©France 3 Nord Pas-de-Calais
 

Une application de livraison de repas créée par un livreur


Abderrahim Taoufiq-Allah a créé FeedMi, une plateforme locale de livraison de repas. Lui-même livreur, il dénonce des aberrations : "J'ai récupéré la commande, j'ai vu sur le ticket qu'il y avait trois gros sacs d'une grande chaîne de burgers et il y avait 165 euros de marchandises. La plateforme récupère 30% de cette livraison mais le livreur n'est payé que deux euros. Et l'argent, il va où ?", s'indigne-t-il. 

Les livreurs sont des autoentrepreneurs, souvent étudiants ou précaires, et les grandes plateformes sont régulièrement accusées d'exploiter cette main d'oeuvre fragile. 

Pierre est lui aussi livreur sur Lille depuis trois ans. Grâce à cette activité, il gagne entre 200 et 300 euros par semaine pour payer ses études. Pour lui, l'application lilloise apporte surtout de la transparence : "Avec FeedMi, on sait combien en gagne. On est libre d'accepter ou non les commandes et c'est quelque chose qu'on ne trouve plus dans les plateformes concurrentes maintenant. On sait avec qui on travaille car les gens qui ont monté la boîte sont des collègues, la transparence est donc totale". 
 

17 livreurs à FeedMi pour 2.000 livreurs dans la métropole lilloise


Sur la métropole lilloise, il y aurait plus de 2.000 livreurs. L'entreprise FeedMi n'en représente donc qu'une infime part avec ses 17 livreurs, mais à la quantité, elle préfère la qualité : "On ne recrute pas n'importe qui, on recrute des gens qui ont des qualités différentes". 

Car l'entreprise ne compte que des salariés qui ont une double activité : certains sont ingénieurs, d'autres photographes ou commerciaux mais travaillent tous pour le développement de FeedMi. 

Depuis sa création en juillet 2019, l'entreprise a grandi et attire désormais des livreurs autoentrepreneurs qui proposent leurs services. Car changement par rapport aux deux autres plateformes : les livreurs sont payés à l'heure et non à la course. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société consommation économie