• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Lille : des centaines d'agriculteurs réunis pour protester contre l'accord avec le Mercosur

Des agriculteurs venus de tous les Hauts-de-France s'étaient réunis à Lille ce mercredi. / © France 3 Nord Pas-de-Calais
Des agriculteurs venus de tous les Hauts-de-France s'étaient réunis à Lille ce mercredi. / © France 3 Nord Pas-de-Calais

Des centaines d'agriculteurs des Hauts-de-France ont manifesté à Lille cet après-midi. Ils dénoncent l'accord de libre-échange en cours de négociation entre l'Union européenne et le Mercosur, un marché commun sud-américain. 

Par ML

"Mes amis, dites au revoir à nos filières. Nous allons allumer." Un agriculteur en soutane qui brûle un cercueil : c'est l'image choc qu'ont choisis les centaines d'exploitants réunis à Lille ce mercredi pour exprimer leur inquiétude face au projet d'accord économique entre l'Union Européenne et le Mercosur, marché commun réunissant le Brésil, l'Argentine, le Paraguay et l'Uruguay. Ils craignent l'entrée supplémentaire de milliers de tonnes de viande par an sur le territoire, sans frais de douane.



Les agriculteurs présents, qui participaient à un mouvement national, dénoncent une concurrence déloyale de la part de ses pays. "Il y a toujours un moment où on cherche le moins cher, reconnaît Quentin Destombes, membre des Jeunes Agriculteurs du Nord. J'en ai bien conscience, je suis aussi consommateur. Le prix a toujours un incidence et la viande qui vient d'Amérique du sud, elle va coûter deux fois moins cher que si elle était produite en France."

Un accord qui "sonne le glas"


Autre source de préoccupation affichée : la baisse de la qualité de la viande proposée au consommateur. "S'ils ont le même cahier des charges que nous, les mêmes produits, alors il n'y a aucun problème, ironise Benoît Davin, vice président USAA. Aujourd'hui, dans certains pays du Mercosur, il y a droit aux OGM, aux antibiotiques à foison, aux hormones de croissances..."



"Cet accord sonne le glas d'une partie du monde agricole français, c'est certain", abonde Jean-Christophe Ruffin, secrétaire général FRSEA. Pour l'agriculteur, la solution viendra du consommateur : "Il est grand temps que tout le monde se recentralise sur l'agriculture française, en mangeant local déjà. On est certainement l'une des agricultures les plus sûres au monde. Quand on voit  les Chinois venir chercher du lait chez nous, c'est bien qu'il y a une garantie. Il n'y a pas de raison que le consommateur français ne comprenne pas aussi ce message-là."

Les négociations en vue d'un accord de libre-échange ont repris ce mercredi à Asuncion. Dans un message de soutien, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert assure que le souhait de la France est que ses standards de qualité et d'hygiène soient pris en compte.

Sur le même sujet

Le filmeur de marque

Les + Lus