• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDÉO. Lille : une collecte solidaire de serviettes hygiéniques pour les femmes les plus démunies

Photo d'illustration. / © MAXPPP
Photo d'illustration. / © MAXPPP

Le prix prohibitif de ces produits de première nécessité pousse souvent les femmes vivant dans des conditions précaires à faire des choix.

Par Q.V avec Laura Lévy

Des boîtes et des bocaux remplis de serviettes hygiéniques, collectées au profit des femmes précaires... L'idée a fait son chemin depuis les réseaux sociaux jusqu'à être adoptée par plusieurs commerces du centre-ville de Lille.

À l'origine, on trouve le collectif "Et pendant ce temps-là, le Tampax" (ça ne s'invente pas) qui a lancé cette campagne le lundi 7 janvier. 
 

Et pendant ce temps-là le Tampax

Les protections périodiques ne sont jamais soldées (si ça ne tenait qu'à nous elles seraient gratuites hein...), mais bon avec toutes les économies réalisées en achetant des fringues à 50% on peut...


"On a eu beaucoup d'alertes, notamment de directeurs d'ONG, de patrons d'associations, qui ont dit que c'était un vrai problème, un vrai trou dans la raquette, un vrai besoin" souligne Marie Libert, membre du collectif, "que ces femmes réclamaient souvent des serviettes hygiéniques pour pouvoir affronter cette semaine de règles."
 
Lille : une collecte solidaire de serviettes hygiéniques pour les femmes les plus démunies
Isabelle Joly, Boutique "Mariée couture" ; Marie Libert, Collectif "Et pendant ce temps là, le Tampax" ; Franck Demailly, Collectif "Et pendant ce temps là, le Tampax" ; Mireille Deboudt, Bénévôle "Agence Don en Nature" - France 3 Nord-Pas-de-Calais - Laura Lévy et Sergio Rosenstrauch. Montage de Rémy Maucort.

 

20 000 euros à l'échelle d'une vie ?

Car les serviettes hygiéniques coûtent cher et sont lourdement taxées, à tel point qu'une étude estime à 20 000 euros la somme qu'une femme dépense dans sa vie pour ces produits. "Les femmes transigent aujourd'hui entre leur hygiène, leur dignité, et peut-être se nourrir" regrette Franck Demailly, également membre de "Et pendant ce temps-là, le Tampax". 

La campagne doit se terminer le 31 janvier.
 

Sur le même sujet

Concert : Yolande Bashing à Lille (électro)

Les + Lus