• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Municipales 2020 : à Lille, l'investiture du LR Marc-Philippe Daubresse ne plaît pas à la droite locale

Marc-Philippe Daubresse en 2017. / © MAXPPP
Marc-Philippe Daubresse en 2017. / © MAXPPP

Certains pourraient même aller jusqu'à un recours en justice.

Par Q.V avec AFP

L'investiture accordée par Les Républicains à l'ex-ministre Marc-Philippe Daubresse pour les élections municipales à Lille a été dénoncée jeudi par les élus de droite de la ville, certains menaçant de la contester devant les instances du parti, voire en justice.

Agé de 65 ans, M. Daubresse, sénateur du Nord et maire de 1988 à 2017 de Lambersart, ville limitrophe de Lille, a annoncé lui-même mercredi sa désignation sur Twitter.
 

"J'ai été investi ce soir à l'unanimité de la com d'investiture pour les Républicains à l'élection municipale de Lille en mars 2020", s'est-il félicité avant d'ajouter: "Challenge difficile mais je ne ménagerai pas mon énergie pour y arriver" face à Martine Aubry, maire PS depuis 2001 et probable candidate à sa succession même si elle ne dévoilera officiellement ses intentions qu'à l'automne.
 

"J'ai appris par ce tweet cette investiture. Je ne comprends absolument pas le sens de la candidature de Marc-Philippe Daubresse, dont l'avenir est derrière lui", a réagi Thierry Pauchet, chef de file divers droite de l'opposition lilloise et investi en septembre par les élus LR et UDI de la ville pour mener une liste aux municipales.

"Pas question de me retirer. Je suis plus que jamais candidat !", prévient-il en rappelant que M. Daubresse "avait juré en 2013 qu'il ne serait jamais candidat à Lille". 

 

"Mépris" des militants et élus lillois

Ses colistiers LR sont eux aussi furieux. "Je suis très déçue, quel mépris vis-à-vis des militants et des élus lillois", a déclaré Isabelle Mahieu, conseillère municipale depuis 2001.
 

Soulignant avoir, avec son collègue François Kinget, demandé elle aussi par écrit à la direction de LR l'investiture collective pour Lille, elle a "bien envie de contester cette investiture, pas faite dans les règles".

"Décision partiale, prise dans la précipitation, en présence de M. Daubresse mais pas des autres candidats. On bafoue les statuts", dénonce M. Kinget, prêt lui à un recours en justice.

 

Ses chances d'être élu maire de Lille équivalent à mes chances d'être pape


"C'est le combat de trop pour M. Daubresse. Ses chances d'être élu maire de Lille équivalent à mes chances d'être pape", assène Jean-René Lecerf, autre élu d'opposition et président du Conseil départemental du Nord.

 

Daubresse "prêt" à leur tendre les bras

Les élus accusent en outre M. Daubresse de ne concourir que pour obtenir un siège à la métropole et conserver ainsi la présidence de l'Agence de développement et d'urbanisme.

"Non, mon objectif, c'est de prendre Lille ! J'ai déjà failli y aller en 2001", rétorque l'intéressé. Il se dit "prêt" à accueillir M. Pauchet et ses collègues sur sa liste et "n'imagine pas qu'il se présentent" contre lui.

"Je n'ai jamais choisi mes adversaires. M. Daubresse sera l'un d'entre eux", a déclaré pour sa part Martine Aubry. Une quasi-confirmation de sa propre candidature. 
 

Sur le même sujet

Valorisé ou malmené ? Mon corps sur les réseaux sociaux

Les + Lus