• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Top Chef : Damien Laforce, le chef lillois qui monte, qui monte

Le jeune Damien Laforce à la sortie du restaurant. / © Le Sébastopol
Le jeune Damien Laforce à la sortie du restaurant. / © Le Sébastopol

Deux semaines auront suffi pour que le Lillois se démarque aux fourneaux de Top Chef, l’émission culinaire du mercredi sur M6.

Par Noémie Leclercq

Il est le jeune chef le plus en vogue de la région : à 23 ans, Damien Laforce est déjà bien connu des gastronomes de Lille.

Après avoir été sacré “jeune talent 2018” par le prestigieux Gault et Millau, c’est dans la saison 10 de Top Chef qu’il fait son entrée sur le petit écran. “Quand M6 m’a contacté l’année dernière, raconte le jeune chef, je me suis dit que c’était une chance à saisir. J’en ai parlé à des copains, puis j’ai accepté.
 
Damien Laforce récompensé par le Gault et Millau


Plusieurs dizaines de milliers d’euros récompenseront le gagnant, mais l’essentiel n’est pas là pour les candidats : un passage chez Top Chef permet de se faire un nom dans le milieu très compétitif de la haute gastronomie. Damien Laforce veut, grâce à son passage derrière la caméra, “montrer que la région bouge, que dans le Nord aussi, on peut faire une cuisine fine et élégante”.  
 

"Professionnel, mais cool"


Saison anniversaire oblige, l’émission culinaire a mis la barre haut cette année. C’est notamment la première fois qu’Alain Ducasse, chef en activité le plus étoilé au monde, participera à l’émission. Plusieurs épreuves devraient se dérouler dans ses restaurants de palaces. Il en faudra plus pour impressionner notre prodige. “Les chefs ne me faisaient pas spécialement peur, ce n’est que de la cuisine, sourit-il. C’est important de ne pas trop se prendre au sérieux !” Il faut être “professionnel, mais cool”, résume Damien.
 

Interviewé avant le premier épisode de la saison, le cuisinier ménage le suspense quant à son avenir dans l’émission. Et quand on lui demande avec quel chef il aurait préféré travailler, il commence par détourner la question : “de toute façon travailler avec une brigade c’est toujours sympa”. Puis, il finit par admettre qu'il se voyait  "bien avec [Jean-François] Piège ou [Philippe] Etchebest”.

C’est finalement ce dernier qui le prend sous son aile, à l’issue de la première épreuve. Un amour du terroir, un “univers” qui les rapproche fait pencher le chef en faveur du jeune homme. L’incident diplomatique n’était pourtant pas loin : lors de cette épreuve, durant laquelle les candidats devaient proposer leur interprétation d’une entrée de bistrot, le chef Etchebest n’a pas apprécié le t-shirt de Laforce. Malgré le plaidoyer de ce dernier en faveur du confort, le chef étoilé et meilleur ouvrier de France l’a rappelé à l’ordre. “Dans un concours, on se présente en chemise, s’il-vous-plaît. Visiblement, tout est oublié après la terrine de lapin revisitée qu’a proposé le lillois.
 

Le Nord dans la peau - et les assiettes


Le jeune chef brille à nouveau dans la deuxième émission, et le Nord n’y est pas pour rien : il propose aux chefs un poisson gravlax et chou à la flamande, mêlant porc et merlu. Une recette “audacieuse” félicitée par Etchebest - il faut dire que le “terre-mer” est la spécialité de Damien Laforce.
 


Mais qui dit saison 10 dit épreuves plus corsées. Le chef lillois s’avoue “beaucoup moins à l’aise sur la pâtisserie”, et redoute l'épreuve dite de “la boîte noire”, durant laquelle les candidats doivent reproduire un plat qu'ils ont dégusté à l'aveugle.”C’est compliqué, et on peut vite se ridiculiser”, confie-t-il. 

Peu importe de toute façon le classement final, estime Laforce. En participant à l’émission, il a “gagné une bonne année d’expérience”, et des projets sont à venir dans la région qu’il aime tant. Si le chef reste évasif sur la suite des événements, son engagement en faveur d’une cuisine respectueuse de l’environnement et du terroir est prometteur. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Cancer du sein : la puissance de la danse

Les + Lus

Les + Partagés