Un homme de 23 ans en garde à vue pour des menaces de mort visant les fidèles d'une mosquée de Lille

Publié le Mis à jour le

L'homme a partagé ces derniers jours, sur les réseaux sociaux, une vidéo de quelques secondes où il tient des propos relevant de l'apologie du terrorisme, devant une mosquée de Lille. Il a été placé en garde vue sur demande du ministre de l'intérieur.

Sa vidéo a beaucoup circulé en début de semaine sur Twitter, un long plan séquence avec des propos menaçant sur le parking de la mosquée de Lille-Sud. La vidéo a fait réagir, allant jusqu'au ministre de l'intérieur nordiste, Gérald Darmanin. 

la mosquée sécurisée depuis

Un homme âgé de 23 ans a été placé en garde à vue jeudi, soupçonné d'avoir formulé des menaces contre les fidèles d'une mosquée de Lille, ont précisé ce jeudi 23 juin 2022 le parquet de Lille et le ministère de l'Intérieur.
L'homme a été placé en garde à vue jeudi matin après "avoir été interpellé à son domicile à Faches-Thumesnil" dans le cadre d'une enquête judiciaire "ouverte pour menaces de mort sur un groupe de personnes appartenant à une religion et apologie du terrorisme", a indiqué le parquet de Lille à l'AFP.

Des menaces graves ont visé une mosquée à Lille. Sur mon instruction, la police nationale sécurise la mosquée depuis hier et cela, pour le temps nécessaire. Une interpellation a eu lieu ce matin. Merci aux forces de l’ordre pour leur réactivité.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

Twitter

Il était sous l'emprise de l'alcool, selon ses explications

Lors des premières auditions, le suspect "a reconnu être l'auteur des menaces contre les fidèles de la mosquée de Lille-Sud dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux", a-t-il ajouté.  L'homme indique "avoir agi alors qu'il se trouvait sous l'emprise de l'alcool. Les investigations se poursuivent".
"Des menaces graves ont visé une mosquée à Lille", avait auparavant tweeté le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. 
"La mosquée a déposé plainte" mardi, "dès qu'elle a pris connaissance de la vidéo", a expliqué  son directeur, Rachid Hamoudi. Selon M. Hamoudi, on voit dans la vidéo un homme filmer "la façade de la mosquée" et dire que "c'est une mosquée où il y a beaucoup de monde, de quoi tuer 20 personnes au moins".