• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Roubaix : hospitalisée pour une entorse à la cheville droite, une fillette est plâtrée à la jambe gauche

A gauche, le plâtre de la fillette. A droite, l'hôpital Victor Provo à Roubaix. / © Page Facebook George Lecomte/MAXPPP/MONTAGE FRANCE 3
A gauche, le plâtre de la fillette. A droite, l'hôpital Victor Provo à Roubaix. / © Page Facebook George Lecomte/MAXPPP/MONTAGE FRANCE 3

Une petite fille de cinq ans admise lundi aux urgences de l'hôpital de Roubaix a été plâtrée à la jambe gauche alors qu'elle souffrait d'une entorse à la cheville droite.

Par @f3nord

Georges Lecomte ne décolère pas. Le grand-père d'Olympe, 5 ans, a contacté nos confrères de La Voix du Nord pour médiatiser une mésaventure assez ubuesque dont a pâti sa petite-fille aux urgences de l'hôpital Victor Provo à Roubaix

Lundi en fin de journée, la petite Olympe est amenée aux urgences par sa mère, après s'être fait mal à la cheville dans la cour de récréation de l'école. L'enfant est auscultée par un interne (étudiant en médecine), une radio est réalisée, et une "entorse grave" de la cheville droite est diagnostiquée. 
 / © Facebook
/ © Facebook

Mauvaise jambe

L'enfant est plâtrée par l'interne, puis repart chez elle avec sa mère. Dans la voiture, Olympe ne cesse de se plaindre de douleurs persistantes à la cheville et pour cause. Sa cheville droite est libre, c'est sa jambe gauche a été plâtrée ! La mère de l'enfant "préoccupée", ne l'avait pas vu en sortant des urgences. 

Aussitôt elle retourne avec sa fille à l'hôpital. Elle sont de nouveau accueillies par l'interne qui a plâtré la mauvaise jambe et "qui a simplement dit : On va refaire le plâtre. Pas une excuse, rien !", peste le grand-père, qui dit que le jeune médecin a "envoyé balader (sa) fille". "Ce n'est pas normal ! On peut être fatigué, avoir beaucoup de travail, mais on ne se trompe pas de jambe !", poursuit Georges Lecomte. "Ce n'est pas à une enfant de cinq ans, qui ne connaît pas forcément encore bien la droite et la gauche de l'expliquer. Ils sont médecins quand même !".


Pas d'excuses

"Je n'en veux pas au personnel hospitalier de Roubaix, c'est à ce médecin que j'en veux ! Si on est trop fatigué on se met en retrait", dit Georges Lecomte, qui regrette amèrement que l'établissement n'ait pas encore présenté d'excuses. Contacté par La Voix du Nord, l'hôpital de Roubaix reconnaît toutefois une "erreur regrettable", et l'interne concerné devra s'en expliquer. 

"Heureusement, ça n'a pas causé de graves dégâts. Ce n'est pas dramatique", tempère le grand-père d'Olympe. "Maintenant tout est réparé. Je veux surtout que cela ne se reproduise plus", conclut-il. 

L'étudiant en médecine ne devrait probablement plus commettre cette grossière erreur...

Sur le même sujet

Les postiers de Saint-Quentin en grève

Les + Lus