• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Tourcoing : comment Claude, retraité vivant en Belgique, a été deux fois déclaré mort par la Sécurité sociale

© DR
© DR

Pour la deuxième fois en un an et demi, Claude Gonzales voit le versement de sa retraite suspendue... car il a été déclaré décédé.

Par @F3nord

Claude a 82 ans et il est déjà mort deux fois... du moins, aux yeux de la Sécurité sociale, qui lui a notifié il y a un mois qu'il était décédé. Une surprise, pour ce Nordiste vivant à Mouscron et affilié à la CPAM de Tourcoing... qui avait déjà eu la même mésaventure il y a un an et demie.

"C'était le 8 août 2017, je n'avais pas reçu à la date normale ma mensualité de retraite" nous confiait fin février Claude Gonzales, qui touche également une pension militaire. "J'arrive à obtenir un numéro de téléphone pour contacter un conseiller, et après avoir vérifier, on m'a répondu que je n'existais plus ! Que j'étais décédé !"

Sa carte vitale est bloquée, de même que sa pension. Le retraité "commence à s'affoler". "J'ai été blessé au cours de la guerre d'Algérie, j'ai un handicap – un problème respiratoire – qui fait que j'ai besoin de ma carte vitale pour mes médicaments !"

 

"Monsieur Gonzales, vous êtes mort"

Il se rend alors à l'agence dont il dépend, celle de Roubaix-Tourcoing. Là, un conseiller le prend en charge et lui annonce : "Monsieur Gonzales, vous êtes mort". Il découvre alors qu'un homme portant le même nom et le même prénom, "mais pas la même date de naissance ni la même adresse" est récemment décédé.

Le Nordiste envoie alors des attestations d'existence à la CPAM et fait faire une nouvelle carte vitale. "Trois semaines plus tard, je suis 'ressuscité' et mes paiements de retraite son arrivés."
 
Tourcoing : comment Claude, retraité, a été deux fois déclaré mort par la Sécurité sociale
 

Nouveau casse-tête


La fin de l'histoire ? Pas vraiment. Alors que la vie reprend (littérallement) son cours, Claude Gonzalez a une nouvelle surprise, en févier 2019. Impossible de se connecter à son compte en ligne.

"Pour vérifier si c'était la même chose, je me suis à nouveau déplacé à la CPAM. On m'a dit : 'Vous êtes à nouveau décédé'". Dans le même temps, un courrier leur parvient soulignant que du fait de ce décès, le versement de sa retraite et de sa pension serait suspendu en avril.

Cette fois, la faute ne revient pas au décès d'un homonyme, mais d'une erreur de la CPAM de Tourcoing qui aurait dû notifier la caisse centrale à Paris "pour 'effacer mon décès'."

Claude et son épouse ont donc envoyé de nouvelles attestations d'existence, mais espèrent surtout ne plus être victimes d'une nouvelle erreur de ce genre. "C'est quand même incroyable !"

A la CPAM de Roubaix-Tourcoing, on dit n'avoir jamais reçu le document : "Est-ce que monsieur Gonzales, qui a été sollicité pour nous donner cette attestation de vie, nous l'a donnée ou pas ? Je ne peux pas vous le dire mais en tout état de cause, nous ne l'avons pas reçue. C'est ce qui a généré, deux ans après, lors d'un contrôle aléatoire une nouvelle certification du décès", explique Rita Quintin sous-directrice relation clients.

"Encore toutes nos excuses à ce monsieur, parce que franchement, ça doit être pénible pour lui", a-t-elle ajouté.

La CARSAT a fait le nécessaire pour transmettre le certificat de vie de Claude Gonzales auprès de l'INSEE et de l'assurance maladie, il ne devrait donc pas avoir à transmettre cette pièce aux différents organismes.


 

Sur le même sujet

Présentation de Marvin Martin, ex Bleu et nouvelle recrue du FC Chambly

Les + Lus