Tourcoing : une plainte contre la ministre de la Santé déposée après la suspension de la maternité

Un Tourquennois a déposé plainte hier contre Agnès Buzyn et contre le directeur de l'hôpital.

Par Q.V

Quelques jours après l'annonce de la suspension de la maternité de Tourcoing, faute de gynécologues-obstétriciens, un Tourquennois a déposé plainte contre le ministère de la Santé pour "mise en danger de la vie d'autrui".
 

Dans un post Facebook, dans lequel Mansour Nechaf relaie son procès verbal, on peut lire qu'il se dit "victime d'une perte de qualité de vie" depuis qu'il a été décidé de "fermer la maternité de Tourcoing suite à une mauvaise gestion du personnel".

En conséquence, le Tourquennois "dépose plainte contre Mme Buzyn Agnès [la ministre de la Santé] et Mr. Kauffman [le directeur du CH Dron]"
 

"Je l'ai mis en ligne pour inciter d'autres Tourquennois à porter plainte", explique Mansour Nechaf, joint par téléphone. Ce dernier estime que "cette plainte seule risque d'être classée sans suite étant donné que je suis insignifiant pour l'hôpital et pour le Ministère de la Santé."

 

"Tous les Tourquennois sont victimes"


Le Nordiste envisage d'ailleurs de créer un collectif, estimant que "tous les Tourquennois sont victimes" de cette suspension.

"J'ai eu une petite fille il y a deux mois" explique-t-il. Pour son suivi, "on nous a indiqué qu'il fallait maintenant aller vers le privé ou à Roubaix. À l'hôpital de Roubaix, elle a eu quatre heures d'attente ! Le personnel va craquer et les patients vont craquer, si ça continue !".
 

Alors que la grève des urgences se poursuit, à l'échelle nationale, Mansour Nechaf suspecte cette suspension de durer longtemps. Alors que le communiqué du CH Dron, jeudi dernier, indiquait mettre "tout en œuvre pour être en capacité de reprendre son activité d’accouchement dans les plus brefs délais", lui évoque des courriels annonçant aux patients qu'ils devraient "pendant plusieurs mois" se reporter vers d'autres établissements.

"J'ai écrit un message sur la page de M. Darmanin quand il assurait que tout rentrerait rapidement dans l'ordre, mais je n'ai pas eu de réponse", ajoute-t-il, sans guère s'étonner.

Contactée, la police ne souhaite pas communiquer à ce sujet.
 

Sur le même sujet

Les + Lus