Aciérie Ascoval de Saint-Saulve : accord selon Bruno Lemaire, pas pour Xavier Bertrand

Une réunion d'urgence était organisée ce mardi.
Une réunion d'urgence était organisée ce mardi.

Un accord a été trouvé pour maintenir pendant un an l'activité de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve dans le Nord, écartée par le repreneur suisse du groupe Ascométal, a annoncé mardi le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, mais pas selon Xavier Bertrand qui estime qu'aucun accord n'a été trouvé.

Par Jeanne Blanquart avec AFP

L'accord conclu avec le suisse Schmolz + Bickenbach et le groupe Vallourec, actionnaire à 40% de l'aciérie, porte sur le maintien de commandes permettant de garantir la rentabilité du site, a précisé le ministre à l'issue d'une rencontre avec les parties prenantes du dossier. 

L'aciérie emploie 300 personnes et l'inquiétude était grande lundi lors de l'annonce du choix du repreneur suisse pour Ascométal. Le groupe suisse a exclu cette aciérie de son périmètre de reprise. "Nous avons trouvé un accord solide pour une durée d'un an", a dit le ministre.

Pourtant, c'est loin d'être le cas selon Xavier Bertrand, qui était également présent à la réunion. "Nous sommes loin d’un accord ! Aucun accord ne sera possible sans les salariés autour de la table !", a-t-il tweeté dans l'après-midi. "Lors de la réunion à Bercy, les dirigeants ont beaucoup parlé de leurs actionnaires mais ce sont les salariés qui feront tourner l’usine : il leur faut des garanties et des solutions solides sur la question sociale et la stratégie industrielle."




Un futur repreneur ?


Alors accord ou pas accord ? S'il existe, il "consiste à garantir la rentabilité du site pour un an" via un engagement de commandes, a ajouté Bruno Lemaire. Ensuite, "nous reviendrons à des conditions normales" de marché. "Je souhaite, nous allons y mettre tous nos efforts et toute notre énergie, que cette année soit employée pour trouver un repreneur qui garantisse au site de Saint-Saulve des commandes suffisantes pour que le site soit pérenne et que l'activité soit rentable", a-t-il poursuivi.

Lundi, Vallourec avait annoncé que l'exclusion d'Ascoval du périmètre de reprise entraînerait l'arrêt des opérations à brève échéance. Le groupe Ascométal, propriétaire d'Ascoval, avait été placé en redressement judiciaire le 22 novembre dans l'attente d'un repreneur. 


Sur le même sujet

Recette : le gratin de fraises de Wambrechies

Les + Lus