Aviron : le champion olympique Jérémie Azou est installé à Valenciennes

Jérémie Azou (à gauche) et son partenaire Pierre Houin lors de leur victoire aux Etats-Unis pour les championnats du monde / © MaxPPP
Jérémie Azou (à gauche) et son partenaire Pierre Houin lors de leur victoire aux Etats-Unis pour les championnats du monde / © MaxPPP

On ne compte plus les médailles de Jérémie Azou, le champion d'aviron s'est distingué aux niveaux olympique, mondial, européen et national. Il a pris sa retraite en octobre dernier, mais s'est également installé dans le Nord, à Valenciennes, en toute discrétion. 

Par I.E.

Champion olympique à Rio, deux fois champion de monde et quatre fois champion d'Europe d'aviron, on peut dire que le palmarès de Jérémie Azou est bien fourni. Le sportif avignonnais est arrivé dans la plus grande discrétion à Valenciennes au printemps dernier. 

Toujours dans l'univers du sport


Jérémie Azou a pris sa retraite en octobre denier, il n'a donc pas déménagé dans le Nord pour l'amour des eaux valenciennoises mais tout simplement "pour suivre sa compagne". Kinésithérapeute de formation, l'athlète travaille désormais dans un cabinet de Valenciennes. Un métier qui lui permet de ne pas trop s'éloigner de l'univers du sport. C'est d'ailleurs la spécialisation de ses trois autres kinésithérapeutes du cabinet. 

Rencontre avec Jérémie Azou, champion olympique d'aviron


"C'est toujours impressionnant de côtoyer quelqu'un qui est allé aux Jeux olympiques, encore plus parce qu'il a été médaillé", glisse l'un de ses collègues. Et d'ajouter en souriant: "Côté professionnel on n'a pas de mauvais retour."

L'entraînement ne s'arrête pas


Même s'il a arrêté sa carrière après les championnats du monde disputés aux Etats-Unis, Jérémie Azou continue de s'entretenir physiquement. Dans son cabinet depuis sa retraite, mais aussi au club d'aviron de Valenciennes. C'est là qu'il a préparé sa dernière compétition. Le club l'a accueilli et lui a offert les meilleures conditions d'entraînement possibles. "Le club a eu la gentillesse de me mettre un jeu de clé à disposition pour que je sois autonome", explique-t-il. 

Pendant encore quelques mois, Jérémie Azou donnera des coups de rame sur les eaux du canal de l'Escaut. 

Sur le même sujet

Témoignage du père d'un patient de l'hôpital Pinel

Près de chez vous

Les + Lus