• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Rachat du VAFC : “III Sport Invest n'a pas versé le moindre euro”, annonce Eddy Zdziech

Vers un bras de fer entre Eddy Zdziech, actuel actionnaire majoritaire du VAFC, et Eric Besson, représentant des repreneurs potentiels III Sport Invest ? / © MaxPPP
Vers un bras de fer entre Eddy Zdziech, actuel actionnaire majoritaire du VAFC, et Eric Besson, représentant des repreneurs potentiels III Sport Invest ? / © MaxPPP

Dans un communiqué publié ce jeudi, le président et actionnaire majoritaire du VAFC, Eddy Zdziech, annonce que la société suisse III Sport Invest représentée par l'ancien ministre Eric Besson, n'a toujours pas "justifié de ses fonds" dans le cadre du processus de rachat.

Par YF

Le communiqué, cinglant, est tombé ce jeudi en début d'après-midi. "Si un protocole a été négocié le 7 décembre dernier, en vue de permettre à III Sport Invest d'acquérir 68% de la société Diables Rouges Holding (maison-mère du VAFC NDR), c'était à la condition qu'elle puisse justifier des fonds nécessaires au paiement du prix et cela au plus tard le 20 décembre 2018", indique Eddy Zdziech. "Cet élément était déterminant et, à ce jour, III Sport Invest n'a pas versé le moindre euro."  
 
Le communiqué d'Eddy Zdziech diffusé ce jeudi par le VAFC.
Le communiqué d'Eddy Zdziech diffusé ce jeudi par le VAFC.

Le président valenciennois explique ensuite qu'un rendez-vous devant la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNGC), le "gendarme" financier du football français, avait été organisée dès le 19 décembre pour présenter le projet de reprise de ce groupe d'investisseurs helvético-monégasques, représentés par l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Eric Besson. "Malheureusement, cette audition n'a pas pu se tenir, dans la mesure où III Sport Invest ne disposait pas, à cette date, des fonds nécessaires." "D'ailleurs, il semble que ce ne soit toujours pas le cas, dans la mesure où le projet de dossier transmis hier (mercredi NDR) à la DNCG, ne comprend pas la justification de la réalisation du virement des fonds sur le compte CARPA (Caisse Autonome des règlements pécuniaires des avocats, sur lequel doivent être enregistrées les sommes reçues par l'avocat en vue d'une transaction NDR)", ajoute Eddy Zdziech. 
 

Ultimatum

Le président valenciennois a donc décidé de fixer un ultimatum à III Sport Invest pour verser ces fonds : la date butoir sera ce vendredi 11 janvier, la DNCG ayant fixé un nouveau rendez-vous au club hennuyer mercredi 16 janvier.  

"Pour ne pas envenimer davantage la relation vendeur/ acquéreurs du VAFC, je ne m’exprimerai plus sur le sujet avant le passage devant la DNCG. Calme. Patience. Force aux joueurs pour leur match de demain", a réagi sur Twitter Eric Besson, représentant de III Sport Invest (et pressenti pour devenir le prochain président du VAFC).
 

Mardi, l'ancien ministre avait diffusé un communiqué rassurant de l'avocat de III Sport Invest, Me Olivier Lopez, annonçant que "le projet de reprise (...) est entré dans sa phase de finalisation" avec le dépôt d'un dossier devant la DNCG, avec "une attestation bancaire prouvant que III Sport Invest dispose des fonds nécessaires à l'acquisition".

"Dans cette phase de transition, nous rappelons que toute décision de l'actuelle direction, pouvant remettre en cause l'équilibre financier du club, doit être prise en coopération entre le vendeur et l'acquéreur, la vente définitive devant intervenir avant le 31 janvier 2019", était-il écrit. Et III Sport Invest de promettre, par la voix de son avocat, le recrutement de "trois ou quatre joueurs majeurs susceptibles de renforcer le groupe", tout en reconnaissant devoir composer avec l'encadrement de la masse salariale imposée par la DNCG.
 

Le précédent de Troyes

L'histoire a des airs de déjà-vu. Il y huit mois à peine, III Sport Invest avait échoué à racheter l'ESTAC (Troyes). "La société III Sport Invest a été incapable de démontrer sa fiabilité financière afin de poursuivre des négociations sérieuses. Cet investisseur a été prié à plusieurs reprises de justifier de ses liquidités, et ce de diverses façons. En vain", avait dénoncé, dans un communiqué daté du 28 mai 2018, le président troyen, Daniel Masoni.  

Un scénario identique va-t-il se répéter à Valenciennes ? En coulisses, il se murmure que d'autres repreneurs se tiendraient prêts au cas où la vente à III Sport Invest échouerait....

 

Sur le même sujet

LOSC-Nice 4-0

Les + Lus

Les + Partagés